Adapter à la mal-voyance Lexique Le Gaffiot Lexilogos Kit de survie

Michèle TILLARD et Catherine KLAUS, Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS
Version du 20/09/2017

Des outils vous accompagnent dans ce cours :

  • un bouton permettant de grossir le texte (pour les malvoyants) ;
  • un bouton renvoyant à un lexique contenant l'ensemble des mots contenus dans les fiches de vocabulaire (vous pouvez manier ce dernier outil en choisissant soit de chercher un mot français (les premières lettres suffisent), soit un mot latin, soit une catégorie grammaticale (nom, adjectif, adverbe...), soit enfin les mots d'une leçon donnée) ;
  • deux boutons renvoyant, l'un au Gaffiot en ligne, l'autre aux dictionnaires proposés par le site Lexilogos.

Merci de votre interaction sur le forum, tout au long de ce cours, mais aussi sur l'usage de ces outils, afin de les améliorer encore !

Petite histoire de la langue latine
Qu'est-ce qu'une langue "casuelle" ou "à flexion" ?
Tableau des cas.

Petite histoire de la langue latine

Le latin appartient à une grande famille de langues : la famille indo-européenne, qui couvre toute l'aire qui va de l'Inde à l'Europe occidentale, et qui est elle-même subdivisée en plusieurs branches :

Le latin fut d'abord la langue parlée dans le Latium, c'est-à-dire la région de Rome ; elle était alors entourée de nombreuses autres langues, italiques (Sabins, ombriens...) ou non indo-européens (Étrusques).

Voici une carte de l'Italie antique, publiée par A. Houot sur son site "Atlas historique et géographique".

(avec l'aimable autorisation de l'auteur).

Puis, au cours de la conquête de l'Italie, la langue latine conquit l'ensemble de la péninsule, puis du bassin méditerranéen, sans pour autant cesser d'être en compétition avec d'autres langues : le grec d'abord, mais également les langues d'Afrique du Nord (punique, numide, gétule, égyptien), d'Orient ou du Nord de l'empire (gaulois, germanique).

Voici une carte de l'Empire romain au IIème siècle, publiée par A. Houot sur son site "Atlas historique et géographique".

(avec l'aimable autorisation de l'auteur).

Pour en savoir plus sur la chronologie de l'histoire romaine, il suffit par exemple de charger ("http://philo-lettres.fr/latin/histoire-de-rome-chronologie/") .dans ("les compléments")

La langue que nous étudions en classe est le latin littéraire, langue des lettrés, des écrivains, et langue officielle ; elle diffère grandement du latin vulgaire, langue réellement parlée, et qui subit évidemment l'influence des substrats linguistiques dans les différentes parties de l'empire ; ce latin vulgaire ne nous est connu que de manière indirecte, par quelques reconstitutions littéraires, mais surtout par les inscriptions, et le témoignage des langues romanes, qui en sont les héritières.

Le latin littéraire a longtemps, jusqu'au début du XXème siècle, constitué la langue de communication européenne, notamment entre les savants ; Descartes, Spinoza ont écrit leurs œuvres essentielles en latin ; Rimbaud a composé ses premiers poèmes, au lycée, en latin !

Aujourd'hui encore, même en perte de vitesse, le latin subsiste : il est toujours la langue officielle du Vatican, il sert de langue de communication à la radio finlandaise, et un journal comme Libération n'hésite pas, en certaines occasions comme la démission d'un pape, à nous offrir un éditorial en latin...

Phonétique et écriture du latin

L'alphabet latin

C'est celui dont nous nous servons aujourd'hui, à quelques exceptions près :

Par ailleurs, tout son en latin présente une graphie et une seule ; et toutes les lettres se prononcent.

Les sons du latin

Les voyelles

Elles sont au nombre de 5 : A, E (toujours prononcé fermé, comme le "é" du français), I, O, U (toujours prononcé [u], comme dans le français "jour"). Le Y, qui se prononce [ü] (comme dans "lune") se trouve dans les mots d'origine grecque, comme gymnasium.

Les voyelles peuvent être longues ou brèves. Les Romains n'indiquaient pas la longueur des voyelles ; par convention, on note aujourd'hui les voyelles longues au moyen du signe –, et les brèves, au moyen du signe υ. Une longue équivaut à deux brèves.

ā (= a long)/ ă (= a bref).

Les diphtongues

Une diphtongue est une voyelle longue qui change de timbre au cours de son émission.

Les diphtongues du latin sont les suivantes :

Les consonnes

Le B, le D, le F, le K, le L, le M, le N, le P, le S, le T, le X se prononcent comme en français.

Le C et le G restent identiques quelle que soit la voyelle qui les suit, comme dans "car" ou "gare".

Le H est légèrement aspiré à l'initiale.

Le QU (toujours en digramme) se prononce [kw].

L'accent

Originellement prononcé plus aigu, l'accent latin est progressivement devenu un accent d'intensité, comme aujourd'hui en allemand et en italien.

Pour les mots dissyllabiques, l'accent portait sur la première syllabe :

cena, le dîner ; bonus, bon...

Pour les mots de plus de deux syllabes, l'accent portait :

Exercices

Exercice 1

Lire à haute voix le texte suivant :

Clœlĭa uirgo, una ex obsidĭbus, cum castra Etruscorum forte haud procul ripa Tibĕris locata essent, frustrata custodes, dux agmĭnis uirgĭnum inter tela hostĭum Tibĕrim tranauit, sospitesque omnes Romam ad propinquos restitŭit.
Quod ubi regi nuntiatum est, primo incensus ira oratores Romam misit ad Clœlĭam obsĭdem deposcendam [...] Deinde in admirationem uersus, "supra Coclĭtes Muciosque" dicĕre "id facĭnus esse".

Tite-Live, Histoire romaine, II, 13, 3-8.


le corrigé de l'exercice 1

une langue "casuelle" ou "à flexion"

Il existe deux sortes de langues :

Cas et fonction

Le nombre des cas varie en fonction des langues ; si les langues caucasiennes, par exemple, et probablement l'Indo-européen, ont ou ont eu un nombre considérable de cas, tendant à réaliser l'équation "un cas = une fonction", leur nombre, tout au long de l'histoire, s'est réduit : le latin compte six cas principaux (et quelques résidus, comme le "locatif"), le grec seulement cinq, l'allemand quatre... et l'ancien français deux.

En conséquence,

Tableau (succint) des fonctions

CasFonctions
Nominatifsujet, attribut du sujet
apposé au sujet
Vocatifapostrophe
AccusatifCOD, attribut du COD
lieu où l'on va
durée
GénitifComplément du nom
DatifCOI
AblatifCompléments circonstanciels : lieu, moment, origine...

Pour aborder l'étude des cas, il peut être utile de réviser les fonctions du nom.

Les déclinaisons

Nous avons dit que le latin disposait de six cas, marqués par des désinences ; il possède également Trois genres (masculin, féminin, neutre), et de deux nombres (singulier et pluriel).

L'ensemble des formes que peut prendre un même mot constitue un paradigme.

Le latin possède cinq déclinaisons, c'est-à-dire cinq paradigmes différents.

Lorsque l'on apprend un mot (nom, pronom ou adjectif), il est indispensable d'apprendre en même temps à quelle déclinaison il appartient, c'est-à-dire selon quel paradigme il se décline !

Tableau des désinences

singulier
nominatifvocatifAccusatifgénitifdatifablatif
1ère déclinaison-a-a-am-ae-ae-a
2ème déclinaison-us/um-e/um-um-i-o-o
3ème déclinaison-s/ ∅-s/ ∅-em-is-i-e/i
4ème déclinaison-us-us-um-us-ui-u
5ème déclinaison-es-es-em-ei-ei-e

pluriel
nominatifvocatifAccusatifgénitifdatifablatif
1ère déclinaison-ae-ae-as-arum-is-is
2ème déclinaison-i-i-os-orum-is-is
3ème déclinaison-es-es-es-um-ibus-ibus
4ème déclinaison-us-us-us-uum-ibus-ibus
5ème déclinaison-es-es-es-rum-bus-bus

Les mots, en latin, sont toujours indiqués par leur nominatif et leur génitif singuliers. C'est l'ensemble de ces deux formes qui permet de savoir à quel paradigme ils appartiennent.

"rosa, ae" signifie que le mot fait "rosa" au nominatif singulier, et "rosae" au génitif : il appartient donc à la 1ère déclinaison. De la même façon, "dominus, i" appartient à la 2ème déclinaison, et "cursus, us" à la 4ème.

Exercices

Exercice 2

Indiquez à quelle déclinaison appartiennent les mots suivants :

1. domina, ae - 2.dominus, i - 3. corpus, corporis - 4. rex, regis - 5. ululatus, us - 6. res, rei 7. quercus, i - 8. regina, ae - 9. auctoritas, tatis- 10. spes, spei

le corrigé de l'exercice 2

Exercice 3

Analyse grammaticale : Voici un célèbre sonnet de Du Bellay. Quelle est la fonction des mots en gras ? Si vous deviez les traduire en latin, à quel cas les mettriez-vous ?

France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
France, France, réponds à ma triste querelle.
Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine,
Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
Ils ne craignent le loup, le vent ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

Du Bellay, Regrets

le corrigé de l'exercice 3

Et pour toute question... n'oubliez pas le forum !

Merci de votre interaction sur le forum, tout au long de ce cours, mais aussi sur l'usage de ces outils, afin de les améliorer encore !

Pour atteindre le forum, il suffit par exemple de charger (le_forum_de_latin) .dans ("les compléments2")