Estampillage UOH

Discipline
  • Sciences de l'homme (1)
    • Psychologie (1)
      • Psychologie cognitive (1)
  • Sciences de la société (12)
    • Sciences de l'information et de la communication (12)
      • Bibliothéconomie - Sciences de l'information (2)
      • Le livre (2)
      • Médias documentaires et éducatifs - Journalisme - Édition (2)
      • Théorie de la communication (12)
    • Statistiques, Informatique et Mathématiques appliquées aux sciences humaines et sociales (3)
      • Informatique - Traitement et programmation des données (1)
      • Méthodes informatiques particulières (2)

Niveau
  • Enseignement supérieur (12)
  • L1 (8)
  • L2 (3)
  • L3 (3)
  • Licence (12)

  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (12)
12 résultats
Tri décroissant par
Théorie de la communication
Que nous apprennent les sciences cognitives sur no...
Université de Bordeaux

Penser c'est avancer mais comment pense-t-on ? Pour raisonner, l'homme fait appel à deux mémoires de travail :

  • La première, la pensée linéaire ou boucle phonologique permet d'enchaîner les concepts mais elle est physiologiquement limitée à une suite de 3 idées. Mais en réalité, les capacités apparemment ténues de cette mémoire à court terme sont considérablement accrues grâce à l'existence d'une mémoire à long terme capable de stocker un vocabulaire symbolique acquis culturellement, permettant ainsi l'émergence de la parole et la construction d'un véritable discours.
  • La seconde, le calepin visuo-spatial, permet de construire des liens associant entre elles plusieurs idées, ce qui s'apparente à une planification, à la réalisation d'une carte de concepts. C'est de ce mode de pensée que relèvent les processus de création, la confrontation de différents points de vue, la gestion des conflits d'intérêts. Cependant, tout comme la pensée linéaire, cette seconde mémoire de travail est également limitée et ne permet le traitement simultané que de 5 à 9 idées distinctes. Là encore, les capacités de cette mémoire sont augmentées par l'existence de plans symboliques, stockés dans la mémoire à long terme, et qui favorisent le maniement simultané de nombreux concepts.

Partant de ce constat, Jean-Michel Cornu montre combien il est important de chercher à créer la meilleure carte symbolique possible pouvant aider au mieux à gérer les conflits d'intérêts, à travailler collectivement, à être créatifs et innovants et il présente les différents orientations de la recherche actuelle pour y parvenir. La représentation cartographique est un atout pour le raisonnement collectif et individuel et un garant de l'intérêt général.

Culture numérique : INFOX ! Ou comment influencer ...
Université de Caen Basse Normandie

Cette vidéo est la première partie du Cours de Culture numérique dans le cadre de la Licence Humanités parcours Humanités numériques, proposée par Elsa Jaubert. 

Neurosciences et linguistique, en hommage à Olivie...
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence d'Attie Duval, Professeur en sciences du langage à l'Université Rennes 2. L'observation commune de patients atteints d'aphasie a conduit le Professeur Olivier Sabouraud (Neurologue, 1924-2006) et le Professeur Jean Gagnepain (Linguiste, 1923-2006) à développer une théorie sur le langage qui a radicalement changé l'approche des faits humains. Tous deux ont étendu leurs recherches à toute la pathologie neurologique dite des fonctions supérieures, et à la psychiatrie. Ils ont ainsi élaboré une théorie de la rationalité humaine dite « théorie de la médiation », basée sur quatre plans : le Signe, l'Outil, la Personne et la Norme. L'exposé retracera l'histoire de cette découverte rennaise et les grandes lignes de la théorie de la médiation.

Culture numérique : INFOX ! Ou comment influencer ...
Université de Caen Basse Normandie

Seconde partie du cours d'Elsa Jaubert de Culture numérique dans le cadre de la Licence Humanités parcours Humanités numériques intitulé : INFOX ou comment influencer par le faux, le fallacieux et le falsifié. Comment faire pour influencer avec tout ce faux ? La bataille de la présence et de la visibilité. pose la question suivante : en quoi la réalité virtuelle peut-elle aider à la valorisation ou à a recherche sur le patrimoine. A travers la démonstration d’une application en réalité virtuelle en monoscopie, dans un modèle numérique d’un art endommagé de l’antiquité qui n’existe plus.

Culture numérique : réalité virtuelle et patrimoin...
Université de Caen Basse Normandie

Cette première partie du Cours de Culture numérique dans le cadre de la Licence Humanités parcours Humanités numériques, aborde la réalité virtuelle et le patrimoine. Un premier chapitre vient définir la réalité virtuelle, ses principes et ses interfaces. Un second chapitre aborde la réalité virtuelle et le patrimoine et ses avantages :
- visiter un lieu difficilement accessible avec la réalité virtuelle
- visiter un lieu disparu partiellement ou totalement avec la réalité virtuelle
- visiter un lieu imaginaire avec la réalité virtuelle

 

Culture numérique - Livres numériques - Elena Pier...
Université de Caen Basse Normandie

Seconde partie du visiocours d'Elena Pierazzo "A propos des livres, des documents et des textes. Et leurs futurs numériques". Ici, l'auteure aborde les livres numériques nés déjà numérisés. Elle propose une typologie des modèles existants, en montrant leurs avantages et inconvénients conceptuels et pratiques.

Culture numérique : de l'influence à l'infox - 2èm...
Université de Caen Basse Normandie

2ème partie du Cours de Culture numérique dans le cadre de la Licence Humanités parcours Humanités numériques, par Hervé Le Crosnier, intitulé "De l'influence à l'infox". Dans cette seconde partie sont abordées les relations entre les plate-formes, les structures numériques et le monde du travail, du commerce et des relations démocratiques. Mais également l'information et l'Internet comme outil de création et de diffusion de l'information.

Culture numérique : éthique et intelligence artifi...
Université de Caen Basse Normandie

1ère partie du Cours de Culture numérique de Grégory Bonnet, dans le cadre de la Licence Humanités parcours Humanités numériques, intitulé "Ethique et intelligence artificielle".

Demain, l'écriture
Université de Bordeaux

Comment définir l'écriture aujourd'hui ? C'est à cette question que tente de répondre Clarisse Herrenschmidt en apportant des exemples explicites de la transformation majeure de l'écriture et des signes dans les 20 dernières années avec l'émergence des nouvelles technologies et l'usage de plus en plus diffus de l'ordinateur. Cette révolution graphique se traduit par la transformation de l'écriture en information: à un caractère ou une police correspond un nombre traduit par la machine. Contrairement au langage humain, le langage informatique n'est pas ambigu; il est le produit de la logique informatisée et permet par un ensemble écrit de caractères, de mots, de donner des instructions à l'ordinateur. Cette transformation sémiologique en écriture informatique et téléinformatique change notre mode de pensée et nos habitudes de travail. Nous traitons aujourd'hui la langue, les nombres et la monnaie (via la carte bleue) avec le même outil : l'ordinateur. Dès le départ, la machine a été pensé comme un cerveau informatique; l'organe de pensée humain a été externalisé et projeté dans un artéfact qui est une machine à signes. Mais pour Clarisse Herrenschmidt les interrogations sont ailleurs : que vaut la parole humaine ? Les usages de la parole se sont affadis, aplatis, au détriment des variations infinies que propose une langue. Comment allons-nous parler ? toujours de façon plate et dé-symbolisée ou assisterons-nous à un redéploiement des possibilités ?