Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (12)

Discipline
  • Arts (1)
    • Arts visuels et plastiques (1)
      • Dessin et arts décoratifs (1)
      • La peinture et les peintures (1)
    • Arts-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (2)
    • Chinois (1)
      • Civilisation (1)
    • Espagnol (1)
      • Littérature (1)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (4)
    • Lettres classiques (2)
      • Littérature grecque classique (1)
      • Littérature latine (1)
    • Littératures française et de langue française (2)
      • Discours et correspondance (1)
      • Généralités (1)
  • Sciences de l'homme (41)
    • Philosophie (7)
      • Les divers systèmes et écoles philosophiques modernes (1)
      • Morale (éthique) (4)
      • Philosophies occidentales de l'Antiquité et du Moyen-Age (1)
      • Épistémologie, causalité, genre humain (1)
    • Psychologie (29)
      • Psychologie appliquée et comparée (19)
      • Psychologie cognitive (1)
      • Psychologie différentielle et génétique (développement) (8)
      • Psychologie sociale (1)
    • Sciences des religions (5)
      • Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées (5)
  • Sciences de la société (45)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (3)
      • Histoire de l'Afrique (1)
      • Histoire du monde ancien, jusqu'à 499 après J.C. (2)
    • Sciences de l'information et de la communication (3)
      • Théorie de la communication (2)
      • Télécommunications (1)
    • Sciences de l'éducation (15)
      • Enseignement supérieur (3)
      • Politique éducative (8)
      • Pédagogie et Didactique (4)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (29)
      • Services et problèmes sociaux (6)
      • Sociologie des cultures (5)
      • Sociologie des groupes sociaux (9)
      • Sociologie des processus sociaux (15)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (4)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (4)
      • Approches transversales (4)
    • Statistiques, Informatique et Mathématiques appliquées aux sciences humaines et sociales (1)
      • Mathématiques appliquées aux sciences sociales (1)

Niveau
  • Autres (7)
  • Enseignement supérieur (82)
  • L3 (4)
  • Licence (73)
  • M1 (7)
  • M2 (7)
  • Master (8)

  • Autres (1)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (69)
  • Diaporama (4)
  • Essentiel (type UOH) (1)
  • Etude et document (type UOH) (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (11)
  • Webographie, bibliographie (1)
82 résultats
Tri décroissant par
Université de Bordeaux

Demain, l'écriture

Université de Bordeaux

Comment définir l'écriture aujourd'hui ? C'est à cette question que tente de répondre Clarisse Herrenschmidt en apportant des exemples explicites de la transformation majeure de l'écriture et des signes dans les 20 dernières années avec l'émergence des nouvelles technologies et l'usage de plus en plus diffus de l'ordinateur. Cette révolution graphique se traduit par la transformation de l'écriture en information: à un caractère ou une police correspond un nombre traduit par la machine. Contrairement au langage humain, le langage informatique n'est pas ambigu; il est le produit de la logique informatisée et permet par un ensemble écrit de caractères, de mots, de donner des instructions à l'ordinateur. Cette transformation sémiologique en écriture informatique et téléinformatique change notre mode de pensée et nos habitudes de travail. Nous traitons aujourd'hui la langue, les nombres et la monnaie (via la carte bleue) avec le même outil : l'ordinateur. Dès le départ, la machine a été pensé comme un cerveau informatique; l'organe de pensée humain a été externalisé et projeté dans un artéfact qui est une machine à signes. Mais pour Clarisse Herrenschmidt les interrogations sont ailleurs : que vaut la parole humaine ? Les usages de la parole se sont affadis, aplatis, au détriment des variations infinies que propose une langue. Comment allons-nous parler ? toujours de façon plate et dé-symbolisée ou assisterons-nous à un redéploiement des possibilités ?

Programmes et routines : quelles "bonnes pratiques...

Université de Bordeaux

La question de l’efficacité et la recherche de « bonnes pratiques » pour lutter contre la violence à l’école a vu se développer ces dernières années une littérature scientifique et pédagogique importante sur le plan international, avec la publication de puissantes méta-analyses1. Ces recherches convergent vers une conclusion encourageante (Wilson et Lipsey, 2006): il y a des programmes dont on peut affirmer l’efficacité, qui agissent sur les troubles de comportement, le taux d’agression, la délinquance à l’école. A vrai dire le nombre et la qualité des recherches publiées sont impressionnants : il paraît justifié d’affirmer que nous savons ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans la lutte contre la violence en milieu scolaire (Debarbieux et Blaya, 2008).

Cependant y compris dans les pays où ces évaluations sont relativement plus développées le même constat est dressé: « La prévention du crime aujourd’hui comme dans le passé a tendance à être conduite plus par la rhétorique que par la réalité (Visher et Weisburd, 1998, p. 238)». Pour les criminologues Sherman, Farrington, Welsh et Mac Kenzie (Sherman et al., 2002, p.1) nous sommes souvent devant un « patchwork de programmes » dont nous ne connaissons pas l’effet réel dans la diminution de la délinquance. La prévention du crime dépend plus du « programme favori du mois et de l’idéologie politique » que de l’évidence scientifique. Cette absence d’évaluation a des effets négatifs multiples : scepticisme généralisé, investissements hasardeux de la dépense publique, maintien d’actions parfois improductives pour des raisons démagogiques par force de l’habitude ou par conservatisme.

Dans un premier temps nous examinerons l’importance de l’évaluation des programmes et des politiques publiques contre la violence à l’école et présenterons quelques conclusions sur les conditions pour qu’un programme soit efficace. Ce qui nous entraînera à montrer comment plus que de « programmes » exceptionnels la prévention de la délinquance doit pour être efficace être également appuyée sur de solides routines, et ne peut se penser que dans un contexte. Et si au centre de l’action contre la violence à l’école la transformation des pratiques collectives était une nécessité à travers le prisme du « climat scolaire » ?

La prochaine éthique biomédicale

Université de Bordeaux

Sujet de controverse depuis des années, la bioéthique soulève encore aujourd'hui de nombreuses interrogations : faut-il immanquablement se conformer aux lois bioéthiques? Peut-on faire abstraction des revendications individuelles ? Est-il toujours possible de trouver des arguments éthiques fondateurs pour dire non ? Pour Véronique Fournier la pratique du terrain, rendue effective avec l'ouverture du Centre Ethique de l'Hôpital Cochin, peut apporter des éléments de réponses à ces interrogations en appréhendant les problèmes d'adaptabilité de certains principes face aux cas concrets posés par les patients sur des sujets aussi variés que la douleur, l'aide médicale à la procréation. En effet, dans une société en perpétuel changement, plus libre, plus autonome, il deviendra de plus en plus difficile de faire accepter les principes entendus. Les lois devront s'adapter à la société. Mais si le refus n'est plus justifiable, sera-t-il pour autant possible de financer l'accès aux techniques ? Que sera-t-il juste de financer ?

L'actualité d'Orphée

Université de Bordeaux

Aux confins de la légende, du mythe et de l'histoire, la figure d'Orphée a nourri la pensée occidentale. Tantôt interprétée à la lumière de la tradition chamanique tantôt précepte de la philosophie platonicienne, Orphée donne un éclairage important sur la nature humaine : l'Homme, corps et âme, « fils de la Terre et du ciel étoilé » est dans une incessante quête ascensionnelle. Il lui faut échapper au corps (monde sensible), quitter son enveloppe charnelle pour accéder au monde de l'intelligible, fuir le temps pour l'éternité. Cette tentative de rationalisation du mythe orphique est à l'origine de la théorie de l'immortalité de l'âme chère à Platon. Mais comment interpréter ce mythe au XXIème siècle, existe-t-il une actualité d'Orphée ?

Comment la sociologie se saisit-elle de la santé,...

Université de Bordeaux

En parallèle à l'exposition EnQuête de Santé, le MEB / Musée d'Ethnographie de l'Université Bordeaux Segalen et le département d'Anthropologie organisent un cycle de conférence sur le thème de la santé.

Janine Pierret, sociologue au CNRS, raconte comment la Médecine et la Santé, longtemps explorées d'un point de vue sociologique par les seuls médecins, sont enfin devenues de véritables objets d'étude pour les sociologues. Elle retrace notamment les différentes étapes qui ont conduit à l'émergence de la Sociologie de la Santé.

Critique de la prise en charge des malades mentaux...

Université de Bordeaux

L'accroissement ces dernières années de la responsabilisation et de la pénalisation des malades mentaux sévères a provoqué un déplacement de la psychiatrie publique vers la psychiatrie pénitentiaire.

Malgré les tentatives d'adaptation à cette nouvelle réalité et la création des SMPR (service médico-psychologique régional) et des UHSA (Unités d'Hospitalisation Spécialement Aménagées), les prisons demeurent des établissements inadaptés à la prise en charge des malades et handicapés mentaux.

De nombreux rapports ont souligné ces problèmes et des réformes ont été envisagées et engagées mais ces démarches ne sont pas complètement satisfaisantes.

Pour Michel Bezenech, il faut avant tout améliorer le fonctionnement de ce qui existe déjà : donner des moyens en personnel et en lits aux centres hospitaliers, augmenter les moyens médicaux des prisons, évaluer correctement la dangerosité des individus...Il faut légiférer et réglementer moins pour gouverner mieux, pour soigner mieux.

Soin et sport intensif. Impact du décalage des no...

Université de Bordeaux

Marginalisés et assujettis à des normes strictes de dépassement de soi et de performance, les sportifs sont soumis à des règles de vie et à des entraînements intensifs éprouvants. Mais quels rapports entretiennent-ils avec la douleur et la souffrance ? Faut-il souffrir pour être performant ?

Les témoignages qu'apportent David Douillet et Serge Simon sont unanimes: de par ses valeurs et son idéologie, le milieu sportif intègre et banalise les sensations de douleur et de blessure. A force d'efforts et d'entraînements, la douleur devient même un indicateur de progrès : avoir mal, souffrir fait partie du contrat. Résistants à la douleur, les sportifs de haut niveau en deviennent des surhommes surprotégés car ils ont le devoir d'user de leurs corps sans jamais l'user.

Mais la banalisation de la souffrance rend difficile le repérage et la reconnaissance des pathologies psychologiques et physiques. Reconnues comme normales malgré le cadre légal, certaines blessures échappent à la prise en charge sanitaire alors que ce qui est d'urgence sanitaire chez le non-sportif l'est tout autant chez le sportif de haut niveau. Mais peut-on remettre en cause un système qui fonctionne ?

2ème journées de Psychopathologie du sport

- 5 et 6 juin 2008 CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2

* Le soin dans cet univers « hors normes ». L'impact du décalage des normes sur le dispositif sanitaire

La lutte contre les violences sexuelles en milieu ...

Université de Bordeaux

En 2007, l'ancienne joueuse de tennis professionnelle Isabelle Demongeot publie « Service volé », un livre dans lequel elle dénonce les viols dont elle aurait été victime de la part de son entraîneur. Ce témoignage éclabousse le monde sportif et devient le point de départ d'une action ministérielle d'envergure.

Combattre les violences sexuelles dans le milieu sportif devient une priorité nationale et les programmes de lutte se multiplient. Parmi les initiatives les plus importantes :

  • l'élaboration d'une charte de bonne conduite;
  • la campagne d'information lancée en 2008 « Sportif, oui, Victime, non » ;
  • la création de sessions de sensibilisation auprès des jeunes ;
  • la création d'une mission contre le harcèlement et les violences sexuelles avec la mise à disposition du numéro d'appel 08VICTIMES ;
  • une enquête commandée par le Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports et menée par les Laboratoire de psychologie de l'Université Bordeaux 2, afin d'évaluer l'étendue du phénomène dans le monde sportif, aussi bien amateur que professionnel.

Acteurs de ces initiatives, Josette Pinon, Géraldine Bouhedja et Greg Decamps, présentent les tenants et les aboutissants de ces différentes actions.

Sport Intensif et Maltraitance,

3e journées de Psychopathologie du sport (Session 1)

- 4 et 5 juin 2009 CAPS / CHU de Bordeaux / Université Victor Segalen Bordeaux 2

Les modèles dans la pratique du conseil pédagogi...

Université de Bordeaux

Ce cours traite des modèles dans la pratique du conseil pédagogique, de la diffusion et réception des modèles chez les professeurs, de la nécessité des modèles et de leur spécificité ainsi que du rapport théorie-pratique appliqué au cas des modèles et pratiques d'enseignement associées.