Description

Il y a longtemps que la subjectivité est revendiquée. Michel Leiris n'affirme-t-il pas en 1934, dans L'Afrique fantôme : « C'est par la subjectivité qu'on atteint l’objectivité ». Il est amusant d'observer que Leiris a été rappelé à la rescousse par les anthropologues dont l'objectivité, justement, a été fortement contestée dès la fin des années 60.

Il est vrai que la question ne semble pas se poser pour de nombreux ethnologues qui se contentent d'observer, d'écouter pour finalement restituer sous forme de description : telle personne fait ceci à telle occasion. Elle dit cela. Point.

Il faudrait être ingénu pour croire que cette position d’observateur distant assure la plus totale objectivité. Mais admettons-le provisoirement. Toutefois, l'ethnologue ne peut éviter un jour de se poser la question : « Pourquoi ? » Et, surtout : « Pourquoi cette personne agit différemment de moi pour atteindre le même résultat ? » Et d'abord : « Est-ce vraiment le même résultat ? ».


Related Resources

Recommendations