UOH stamping
  • UOH stamping (3)

Discipline
  • Sciences de la société (27)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (1)
      • Histoire de l'Asie, Orient, Extrême-Orient (1)
      • Histoire de l'Europe (1)
      • Histoire générale (1)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (27)
      • Services et problèmes sociaux (27)
      • Sociologie des cultures (1)
      • Sociologie des processus sociaux (12)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (13)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (2)
      • Approches transversales (2)

Level
  • Enseignement supérieur (27)
  • Formation continue (12)
  • L3 (8)
  • Licence (21)
  • M1 (12)
  • M2 (12)
  • Master (13)

  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (13)
  • Diaporama (1)
  • Essentiel (type UOH) (1)
  • Etude et document (type UOH) (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (11)
  • Guide pédagogique (1)
  • Webdocumentaire (1)
  • Webographie, bibliographie (1)
27 results
Descending sort by
Services et problèmes sociaux
Immigration et assistance pédiatrique en Espagne
Université de Bordeaux

A partir des années 1990, l'Espagne connaît une forte vague d'immigration. Multiculturelles et multiraciales, ces populations immigrées se sont majoritairement installées dans le centre du pays économiquement plus dynamique et de ce fait en recherche de main d'oeuvre. La population immigrée enregistre en Espagne le plus fort taux de natalité. Face à cette nouvelle réalité, comment le gouvernement espagnol a-t-il réagi ? Quelles mesures a-t-il pris en matière d'accès au système de santé ?

La lettre Riabova : étude d'une lettre de dénoncia...
Université de Bourgogne - Dijon

Ce webdocumentaire destiné aux étudiants en 3e année de licence en Histoire permettra d’étudier une lettre de dénonciation, document issu des archives soviétiques et qui apporte des connaissances sur les mécanismes de dénonciation en URSS durant la période stalinienne.

Comprendre les motivations qui incitent la personne à écrire une lettre de dénonciation associée à la demande d’aide aux organes de pouvoir permet de mettre en valeur certains des dysfonctionnements de la société soviétique. L’étude de ce document par le biais de ce Web documentaire apporte un éclairage sur les sources de ces dysfonctionnements et explique le fonctionnement des structures sociales et politiques soviétiques et leur impact sur la vie économique, morale et sociale de l’individu en 1933.

L’étude de ce document, retrouvé dans les archives d’état de la région de Nijni-Novgorod, une grosse ville industrielle (la troisième du pays après Moscou et Saint-Pétersbourg), située sur les rives de la Volga à 400 kilomètres à l'est de Moscou, poursuit un triple objectif qui peut structurer ce web documentaire.

- Placer l’étudiant face à un document d’archive brut, interroger la source, sa forme, son origine, sa structure.

- Aborder la question de la dénonciation, de façon générale, mais également plus spécifique à la société stalinienne des années 1930.

- Découvrir l’histoire sociale de l’Union soviétique à travers trois questions essentielles, celles de l’alimentation, du logement et des rapports sociaux.

Chacune de ces trois dimensions est liée l’une à l’autre. C’est l’étude précise du document qui permet de comprendre qu’il s’agit d’une lettre de dénonciation, et c’est la réflexion sur ce qu’est une lettre de dénonciation qui introduit une dimension d’histoire sociale pertinente.

L’action collective comme levier de la société inc...
Université de Lorraine

Cinquième des dix dossiers qui constituent la ressource globale "Société inclusive : regards sociologiques" proposée par Raúl Morales La Mura et Marion Scheider-Yilmaz, sociologues. Comment les associations ou les collectifs – à travers leurs mobilisations et leurs actions quotidiennes – influencent les politiques et l’action publiques en faveur de sociétés plus inclusives ? En cela, les ressources et l’expertise disponibles au sein des organisations de la société civile se posent comme de véritables leviers en faveur de la participation de leurs membres à la décision publique. Cette ressource présente le concept d’empowerment et la manière dont les associations peuvent s’en saisir pour favoriser le pouvoir d’agir de leurs membres et des publics qu’elles représentent. 

Conclusion - Société inclusive : regards sociologi...
Université de Lorraine

Neuvième des dix dossiers qui constituent la ressource globale "Société inclusive : regards sociologiques" proposée par Raúl Morales La Mura et Marion Scheider-Yilmaz, sociologues.

A travers les regards sociologiques portés sur la question du handicap et du vieillissement, sur les engagements associatifs et individuels menés dans ces champs, sur les contextes politiques et les évolutions législatives qui s’opèrent avec le temps, s’affirme la construction pertinente d’une société inclusive, véritable question d'actualité. Il s'agit là de la conclusion de la ressource "Société inclusive : regards sociologiques". Elle propose une ouverture sur une réécriture de ce qui fait société.

Comment la sociologie se saisit-elle de la santé, ...
Université de Bordeaux

En parallèle à l'exposition EnQuête de Santé, le MEB / Musée d'Ethnographie de l'Université Bordeaux Segalen et le département d'Anthropologie organisent un cycle de conférence sur le thème de la santé.

Janine Pierret, sociologue au CNRS, raconte comment la Médecine et la Santé, longtemps explorées d'un point de vue sociologique par les seuls médecins, sont enfin devenues de véritables objets d'étude pour les sociologues. Elle retrace notamment les différentes étapes qui ont conduit à l'émergence de la Sociologie de la Santé.

Critique de la prise en charge des malades mentaux...
Université de Bordeaux

L'accroissement ces dernières années de la responsabilisation et de la pénalisation des malades mentaux sévères a provoqué un déplacement de la psychiatrie publique vers la psychiatrie pénitentiaire.

Malgré les tentatives d'adaptation à cette nouvelle réalité et la création des SMPR (service médico-psychologique régional) et des UHSA (Unités d'Hospitalisation Spécialement Aménagées), les prisons demeurent des établissements inadaptés à la prise en charge des malades et handicapés mentaux.

De nombreux rapports ont souligné ces problèmes et des réformes ont été envisagées et engagées mais ces démarches ne sont pas complètement satisfaisantes.

Pour Michel Bezenech, il faut avant tout améliorer le fonctionnement de ce qui existe déjà : donner des moyens en personnel et en lits aux centres hospitaliers, augmenter les moyens médicaux des prisons, évaluer correctement la dangerosité des individus...Il faut légiférer et réglementer moins pour gouverner mieux, pour soigner mieux.

Les politiques publiques comme leviers de la socié...
Université de Lorraine

Quatrième des dix dossiers qui constituent la ressource globale "Société inclusive : regards sociologiques" proposée par Raúl Morales La Mura et Marion Scheider-Yilmaz, sociologues. Comment les principes de démocratie participative et de démocratie sanitaire participent de la définition et de l’adaptation des politiques publiques dans les champs du handicap et du vieillissement ? Cette ressource présente la manière dont les principes de démocratie participative et sanitaire sont et peuvent être mobilisés dans la poursuite d’une société inclusive. 

La justice restaurative, vers un nouveau modèle de...
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Robert Cario, professeur de sciences criminelles, directeur du master "Criminologie et droit(s) des victimes", Université de Pau, président de l'association paloise d'aide aux victimes et de médiation (APAVIM), le 12 février 2007. Toutes les aires culturelles sont concernées par la problématique de la violence, interne ou importée, externe, proche ou lointaine. Le haut niveau de développement de moyens de communication et de diffusion des informations contraint chacun à un spectacle permanent. Des séquences d'affrontement en scènes de harcèlement, ces violences permanentes et persistantes, lues, vues, vécues... se perçoivent en terme d'insécurité, que l'on occulte en les banalisant ou au contraire que l'on cherche à éradiquer en leur donnant une ampleur démonstrative jamais atteinte. Qu'elles soient organisées ou impromptues, classiques ou plus contemporaines, chacun se trouve dans l'obligation de prendre position sur leurs origines et sur les réductions dont elles font l'objet. Quand la criminologie s'invente au XIX ème siècle, elle participe d'un courant de pensées fortement marqué par de théories médicales, biologiques et sociologiques incluant la santé mentale et le désordre public dans une police et une criminalistique qui se cherchaient. Aujourd'hui avec quoi, avec qui se construit-elle et où sont les résistances à sa construction ? Pourquoi la criminologie devrait-elle devenir au XXI ème siècle, en Sciences Humaines et Sociales, un bien aussi commun que la Psychiatrie l'a été au XX ème siècle ? En d'autres termes, comment et avec quelles déterminations participons-nous à l'écriture du crime aujourd'hui ? Quelles perspectives en avons-nous, avec quelles rétrospectives? Le cours public organisé cette année va tenter de reprendre quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

L’action individuelle comme levier de la société i...
Université de Lorraine

Sixième des dix dossiers qui constituent la ressource globale "Société inclusive : regards sociologiques" proposée par Raúl Morales La Mura et Marion Scheider-Yilmaz, sociologues. L’implication des personnes elles-mêmes dans le projet collectif d’établir des sociétés plus inclusives peut-elle être un levier de transformation du système social actuel et favoriser la prise en compte des individus dans leur diversité ? Pour développer cette approche, nous nous attardons sur le concept de responsabilité et sur la façon dont son déplacement historique conduit aujourd’hui à la prise en compte des individus en tant qu’actants de l’inclusion. Ces éléments de réflexion permettent de replacer les individus au cœur des logiques de mise en œuvre de sociétés plus inclusives.