UOH stamping
  • UOH stamping (6)

Discipline
  • Sciences de l'homme (1)
    • Homme-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
  • Sciences de la société (6)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (6)
      • Sociologie des cultures (1)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (5)

Level
  • Autres (1)
  • Enseignement supérieur (6)
  • L3 (2)
  • Licence (2)
  • M1 (2)
  • M2 (1)
  • Master (6)

  • Diaporama (1)
  • Glossaire (2)
  • Grande Leçon (type UOH) (2)
  • Guide pédagogique (1)
  • Webographie, bibliographie (6)
6 results for your query 'Jack%20Goody'
Descending sort by
Jack Goody et l'empire de la littératie - Introduc...
Université de Lorraine

Jack Goody et l’empire de la littératie est une Grande Leçon sur la littératie construite autour d’une conférence donnée en 2006 par le Professeur Jack Goody à l’université Paul Verlaine-Metz. 

Mohammed Kara et Jean-Marie Privat nous permettent de rencontrer l’anthropologue britannique qui aborde ici les usages et les pouvoirs spécifiques de l’écrit.

L’intérêt majeur de cette ressource est sa centration sur  l’examen des systèmes d’écriture, à la croisée de diverses disciplines telles que l’anthropologie, l’histoire, l’ethnologie et la sémiologie.  

Cette ressource est accessible pour les personnes atteintes de handicaps visuels et auditifs.

Jack Goody et l'empire de la littératie (version i...
Université de Lorraine

Jack Goody et l'empire de la littératie est une Grande Leçon en anthropologie de l'écrit proposée par Mohammed Kara et Jean-Marie Privat (Université de Lorraine). 

Jack Goody parle de l’écriture pour souligner tout d’abord qu’il s’agit à ses yeux de l’invention la plus importante dans l’histoire de l’Humanité. Mais d’où provient cette puissance performative, cette force qui crée un monde sur le papier et qui s’impose de plus en plus à (en) nous ? D’un système de signes dont l’efficace repose sur le principe sémiotique de la substitution : mettre des signes écrits à la place d’objets ou d’idées au point de présenter et de représenter les comptes et les codes d’une cité, les flux des personnes et des biens, les imaginaires d’une culture, le monde magico-religieux, etc. Il souligne également des propriétés tout aussi importantes : le pouvoir de cumulation et de réflexivité des systèmes d’écriture, quels qu’ils soient.

Mais il ne s’agit pas pour autant de soutenir l’idée d’un « Grand partage » qui lierait l’écriture à une pure raison graphique et l’oralité, en quelque façon, au monde primitif des affects.

L’oralité a sa raison propre. Il reste que de l’écriture monumentale aux communications numériques, la diversification des usages et des compétences a été d’une ampleur considérable. On peut même dire qu’aujourd’hui les productions de l’écrit sont, au sens propre, illimitées.  

Cette ressource est accessible pour les personnes atteintes de handicaps visuels et auditifs.

Commencements de l’écriture et impacts civilisatio...
Université de Lorraine

Commencements de l’écriture et impacts civilisationnels constitue le premier chapitre de la Grande Leçon Jack Goody et l’empire de la littératie.

Lorsque le Professeur Jack Goody évoque les modes de communication différenciés que sont pour l’anthropologue l’oralité et l’écriture, il entend, sans accréditer l‘idée d’un « Grand partage » oral/écrit, mettre en évidence une propriété majeure de l’écriture (son pouvoir cumulatif), là où les productions de la parole se distinguent par leur mouvance.

Cette ressource est accessible pour les personnes atteintes de handicaps visuels et auditifs.

La littératie dans le monde - Chapitre 2
Université de Lorraine

La littératie dans le monde constitue le second chapitre de la Grande Leçon Jack Goody et l’empire de la littératie.

Un terme suffirait à résumer ce chapitre, celui d’hégémonie: hégémonie supposée d’abord de l’alphabet grec sur les autres systèmes d’écriture.

Le Professeur Jack Goody réexamine sur ce point sa propre pensée en avançant que c’est bien l’écriture en tant que telle qui préside à diverses formes de progrès, et non tel ou tel type d’écriture. Il montre aussi que les usages de l’écrit sont intimement tributaires des contextes culturels. En effet, lorsqu’il y a hégémonie d’une religion, la pratique de la science s’en trouve freinée (corpus restreint de textes et injonctions à apprendre par cœur).

Cette ressource est accessible pour les personnes atteintes de handicaps visuels et auditifs.

Matériaux et usages de l’écrit - Chapitre 3
Université de Lorraine

Matériaux et usages de l’écrit constitue le troisième chapitre de la Grande Leçon Jack Goody et l’empire de la littératie.

L’évolution des usages de l’écriture est intimement liée aux matériaux qui en sont le support. Jack Goody explique que l’écriture monumentale fixée dans la pierre ne pouvait avoir qu’une fonction ostentatoire et politique.

L’introduction au fil de l’histoire d’autres supports comme le papyrus et le parchemin – par suite, le papier – ont conduit à une pratique cursive de l’écrit qui facilita la propagation des livres.

Ainsi, l’écrit passe d’un usage restreint à un usage intensif. Cette évolution se confirmera en Occident avec l’avènement au XVème siècle de l’imprimerie et la tendance se confirme avec les écrans numériques contemporains. Comment ne pas voir dans le filigrane de ces mutations la question de l’écriture et du pouvoir, autant que celle des pouvoirs de l’écrit ?

Cette ressource est accessible pour les personnes atteintes de handicaps visuels et auditifs.

La littératie : Les acquis et les perspectives - C...
Université de Lorraine

La littératie : Les acquis et les perspectives est la conclusion de la Grande Leçon Jack Goody et l’empire de la littératie.

Dire que l’écriture constitue un fait culturel majeur ne revient pas à minorer implicitement les mondes de l’oralité.  C’est pourquoi nous nous gardons du réflexe ethnocentrique qui conduirait à accepter  l’idée d’un grand partage (écriture = sociétés avancées vs oralité = sociétés primitives).

En fait, les sociétés massivement régies par l’écriture intègrent des formes hybrides qui associent oral et écrit. On ne saurait toutefois oblitérer les différences entre l’un et l’autre de ces médias. Le pouvoir de cumulation et de réflexivité de l’écrit n’a pas son strict équivalent à l’oral. De quelque façon que l’on pose ce problème, une question subsiste : comment délimiter la notion de littératie ? Peut-on s’en tenir à la forme canonique du visible language ou doit-on y intégrer des formes sémiologiques apparemment moins codifiées ?

Cette ressource est accessible pour les personnes atteintes de handicaps visuels et auditifs.