Description

Le développement des technologies de la communication et du cyberespace, ce que l’on peut aussi nommer les média sociaux1 ouvrent de nouvelles perspectives en termes d’apprentissage, d’accès à l’information et de socialisation (Boyd, 2008 ; Alava et Safourcade, 2010 ; Kredens et Fontar, 2010 ; Flückiger, 2010). On assiste notamment à un accroissement considérable de la communication électronique et de l’utilisation des réseaux sociaux, que ce soit au niveau personnel (amis, loisirs) ou au niveau professionnel, puisque bien des entreprises ou des réseaux de recherche en milieu universitaire ont ouvert des profils sur Facebook afin d’obtenir une plus grande visibilité. En termes d’éducation, la recherche montre que les jeunes, utilisent Internet pour leur travail scolaire. En effet, selon les résultats de l’enquête EU Kids online (Blaya et Alava, 2012), 80% des jeunes interrogés disent avoir utilisé Internet pour leur travail scolaire. Ce travail scolaire est souvent basé sur la recherche d’informations mais il est aussi souvent l’objet d’échanges par SMS ou sur les réseaux sociaux. Internet offre des possibilités considérables en termes d’exploration de l’identité pour les adolescents, de développement, de relations interpersonnelles et d’acquisition de compétences avec un accès élargi à des connaissances et des interactions interculturelles au niveau mondial (Valkenburg & Peter, 2007).

 

Si bien des enseignants et des parents pensent qu’Internet a une influence positive sur la vie de leurs enfants, nombre d’entre eux sont inquiets des risques associés à l’usage d’Internet et plus particulièrement des réseaux sociaux (Rideout, 2007 ; Blaya et Alava, 2012). Cette inquiétude, d’abord centrée sur la visite de sites à contenus potentiellement dangereux (pédophilie, xénophobie, sites incitant à l’anorexie ou la boulimie etc.) concerne d’autres aspects tels que l’addiction à Internet et la crainte que les jeunes passent trop de temps sur la Toile au détriment d’une communication en face à face (perçue comme plus réelle par l’opinion publique) ou soient victimes d’agressions, de harcèlement en ligne. Ce sont ces deux derniers points qui font l’objet de ce cours.

 

La recherche au niveau mondial montre que la violence et le harcèlement entre pairs sont un des aspects quotidiens de la vie de certains jeunes dans le cyberespace (Patchin et Hinduja, 2006 ; Livingstone, Haddon, Görzig, Olafsson, 2011; Blaya, à paraître).Il s’agit même d’un des risques les plus importants quand on navigue sur Internet et lorsqu’il y a agression, celle-ci, y compris pour des agressions à caractère sexuel (Palfrey & Gasser, 2008), est principalement commise par des jeunes du même âge.

Aussi est-il important de s’intéresser aux risques potentiels liés à l’utilisation d’Internet et des médias sociaux, aux caractéristiques de la violence ainsi qu’aux expériences négatives réellement subies par les jeunes au moyen des outils électroniques de communication de sorte à informer la prévention et la lutte contre les problèmes d’agression dans le cyberespace.

Ce cours à partir de l’enquête Eu Kids online pour la France mais aussi des travaux menés dans le cadre de l’Observatoire International de la Violence à l’Ecole et d’une revue de littérature internationale sur le sujet a pour objectif de répondre aux questions suivantes :

1. Quels sont les risques que les jeunes prennent lorsqu’ils se connectent ?

2. Qu’est-ce que la cyberviolence ?

3. Quelle est la prévalence du phénomène en France ?

4. Quelles sont les conséquences de cette forme de violence ?

Mais avant de répondre à ces questions, faisons un résumé des pratiques numériques des jeunes.


Ressources liées

Recommandations