UOH stamping
  • UOH stamping (19)

Discipline
  • Arts (4)
    • Arts du spectacle (1)
      • Théâtre (1)
    • Arts visuels et plastiques (3)
      • Arts graphiques, gravures et estampes (2)
      • Dessin et arts décoratifs (1)
    • Arts-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (9)
    • Anglais (1)
      • Civilisations (1)
    • Langues et cultures des régions de France (7)
      • Occitan, Provençal et Catalan (7)
    • Portugais (1)
      • Littérature (1)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (8)
    • Langue française (3)
      • Français (2)
      • Langage (1)
    • Lettres classiques (1)
      • Littérature grecque classique (1)
    • Lettres-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
    • Littératures française et de langue française (5)
      • Essais (1)
      • Généralités (2)
      • Littérature dramatique (1)
      • Poésie (3)
  • Sciences de l'homme (3)
    • Homme-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
    • Philosophie (1)
      • Philosophie politique (1)
    • Sciences des religions (2)
      • Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées (2)
  • Sciences de la société (14)
    • Géographie, Aménagement (6)
      • Aménagement (4)
      • Géographie humaine (1)
      • Géographie physique (1)
      • Géographie rurale (1)
      • Géographie urbaine (5)
      • Géographie économique et régionale (2)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (9)
      • Histoire de l'Europe (1)
      • Histoire générale (8)
    • Sciences de l'information et de la communication (2)
      • Le livre (2)
    • Sciences de l'éducation (1)
      • Enseignement supérieur (1)
      • Pédagogie et Didactique (1)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)

Level
  • Enseignement supérieur (29)
  • Formation continue (2)
  • Formation professionnelle (3)
  • L1 (4)
  • L2 (5)
  • L3 (10)
  • Licence (25)
  • M1 (4)
  • M2 (4)
  • Master (16)

  • Carte interactive (1)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (1)
  • Essentiel (type UOH) (15)
  • Etude de cas (1)
  • Etude et document (type UOH) (4)
  • Exercice (1)
  • Glossaire (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (8)
  • Méthodologie (1)
  • Webdocumentaire (1)
  • Webographie, bibliographie (7)
29 results for your query 'villes%20nouvelles'
Descending sort by
Le grand chambardement : aménagement régional, vil...
Université Panthéon Sorbonne - Paris 1

La leçon 7, "Le grand chambardement : aménagement régional, villes nouvelles et nouveaux départements (1965-1980)", a pour objectif de différencier villes nouvelles et grands ensembles, de comprendre le fonctionnement de l'urbanisme d'Etat à son apogée et le rôle des technocrates et enfin, de montrer que les décisions des années 1960 sont aux origines de la question du Grand Paris.

Paris et les banlieues, naissance d'un espace urba...
Université Panthéon Sorbonne - Paris 1

Ce cours d’histoire, composé d'une introduction et de huit leçons, est proposé par Annie Fourcaut, professeur d'histoire contemporaine et spécialiste de la question.

Il offre une synthèse inédite et érudite sur l’évolution conjointe de la capitale et de ses banlieues, qui sont rarement envisagées ensemble dans une perspective diachronique.

Depuis la transformation haussmannienne des grandes métropoles et la naissance des banlieues modernes, celles-ci sont le miroir des mutations de la société française :

  • développement de la grande industrie;
  • question du logement ouvrier et populaire;
  • expansion de l’habitat pavillonnaire individuel;
  • intégration des vagues successives d’immigration,provinciale puis étrangère;
  • construction des grands ensembles et des villes nouvelles;
  • puis crise fin de siècle qui débouche sur des émeutes et un diagnostic de crise urbaine.

 

Les banlieues sont aussi le banc d’essai des politiques de gestion de l’urbain et du social, et voient l’invention de l’urbanisme de plan comme de la politique de la ville.

problème flash dans l'introduction 

1850-1889 : de l'ordre ! (Rail and Culture : chemi...
Université de Lorraine

Cette vidéo relate la première catastrophe ferroviaire de Grande-Bretagne, the Abergele train disaster, du 20 août 1868.
Cela n'entrave pas alors le développement des compagnies ferrovaires britanniques qui favorise la création de villes nouvelles.


Approfondissement théorique : la place dans le mod...
Université Côte d'Azur

eul débouché maritime des États de Savoie, la ville de Nice a fait l’objet d’une planification urbaine très précoce, à partir de la seconde moitié du XVIème siècle. Le modèle de cet urbanisme pre-moderne fut la ville de Turin, nouvelle capitale du Duché de Savoie et laboratoire d’application de conceptions urbanistiques qui puisent leurs racines dans la Renaissance italienne (Comoli-Mandracci 1983, Graff 2000, Graff 2007).

Changement confessionnel et accès à l'indépendance...
Le Mans Université

Le 21 mai 1536, l'assemblée des Citoyens de la ville de Genève accepte de se convertir à la Réforme mettant ainsi un terme au processus d'indépendance politique et religieuse entamé au début du XVIe siècle. Depuis 1517, les nouvelles idées réformées inspirées par Luther se répandent à travers le Saint Empire romain germanique gagnant peu à peu le reste de l'Europe. Sous l'influence de différents prédicateurs, les principes luthériens se diversifient et donnent naissance à des courants théologiques variés. À Genève, ce sont les idées de Guillaume Farel et de Jean Calvin qui influencent les nouvelles pratiques religieuses. Pour les Genevois, le changement confessionnel entérine la scission d'avec l'Église catholique romaine et coïncide avec la fin de la dépendance politique de la cité envers le prince-évêque et le duché de Savoie. 

L'analyse des espaces publics - Les places
Université Côte d'Azur

En dépit des transformations urbaines le plus récentes (métropolisation, périurbanisation, émergence de nouvelles centralités périphériques), l’espace public reste au cœur du fonctionnement de la ville.

Plus particulièrement, dans la ville européenne, la place, symbole de la centralité urbaine traditionnelle, continue à jouer un rôle fondamental dans l’organisation du système des espaces publics.

Le succès ou la défaillance d’une place a des conséquences considérables sur les fortunes ou les malheurs du quartier et parfois même de l’ensemble de la ville dans lesquels elle se situe.

Une analyse multidimensionnelle et multidisciplinaire de l’espace public de la place est ainsi une composante essentielle de la démarche géographique visant à la compréhension du fonctionnement de l’espace urbain.

Elle est également une étape fondamentale de toute démarche d’urbanisme/aménagement visant à produire des préconisations pour le devenir de l’espace urbain.

Une promenade à travers les places de la ville de Nice, nous permettra de visualiser les résultats des analyses nécessaires à la compréhension de l’objet urbain très particulier qui est la place.

Cette ressource est une Grande Leçon en six modules, proposés par Giovani Fusco (Université de Nice Sophia Antipolis). L' auteur vous proposent d’aborder le thème de la place, sous l'angle géographique et historique, et d'évoquer, en guise d'exemple, quelques places phares de Nice.

Découvrez ainsi toute la richesse de cette ressource à travers 6 modules principaux, composés de cours, d'essentiels méthodologiques ainsi que d'approfondissements théoriques, associés à de nombreuses études de cas.

L'Amazone, le fleuve de la démesure
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Fleuve de tous les superlatifs, le plus long, le plus puissant, avec des débits de crue jusqu'à 300 fois le débit moyen de la Loire, des milliers d'émissaires dont une quinzaine de la taille du Rhin, un bassin-versant de la superficie de l'Europe, tel nous apparaît l'Amazone. Ici le temps ne compte pas... 80 % de la population rurale s'abrite le long des berges et la vie est rythmée par le fleuve, la crue et la décrue annuelles... Les caboclos vivent d'un peu de pêche, polyculture de subsistance, petit commerce ou travail saisonnier hors de la cellule familiale. Les petites et moyennes agglomérations suivent à peu près toutes le même schéma d'aménagement avec l'église, le centre en damier et le port avec ses pontons et entrepôts. Elles ne s'animent que lors de l'arrivée de quelque gaïola ou pirogue. Manaus et Belem ont tiré leur richesse de l'extraction et de la commercialisation du caoutchouc fin 19ème / début 20 ème siècles. Après une période de léthargie consécutive à la débâcle de l'économie du latex, les deux villes ont saisi de nouvelles opportunités pour revitaliser leur économie, mais aujourd'hui l'explosion démographique n'est plus le reflet de la vitalité urbaine. Il reste cependant l'ambiance amazonienne et le fleuve. Ce fleuve seul lien terrestre direct entre les deux métropoles. L'Amazone est en effet navigable jusqu'au Pérou, sur plus de 4 000 km, mais le trafic ne doit pas faire illusion, l'Amazone,en dépit de ses énormes potentialités, n'est pas un grand axe commercial. Le fleuve, avec sa force tranquille, impose toujours sa marque au milieu, et l'Homme reste encore insignifiant dans cet univers trop grand pour lui.

Les gens du livre (Lyon, une capitale du livre à l...
Ecole normale supérieure de Lyon

Au milieu du XVIe siècle, 500 ou 600 personnes vivent de l'imprimerie à Lyon : leurs identités et leurs fonctions sont diverses et leur histoire est faite de trajets individuels, de mouvements collectifs et parfois de conflits.Par leurs compétences techniques ou commerciales, ces gens du livre nouent des relations avec différents acteurs, résidents ou passagers, de la vie lyonnaise : financiers susceptibles d'investir dans le marché des livres, protecteurs parfois issus de la cour royale, savants et écrivains en quête de publication.

C'est en entrant dans les ateliers et en parcourant les rues de la ville, grâce aux gravures du XVIe siècle, et aussi en ouvrant les livres eux-mêmes, que l'on peut tenter de reconstituer l'univers de ces gens du livre.

Les manuscrits de Madame Bovary
Université de Rouen

« Quand mon roman sera fini, dans un an, je t’apporterai mon ms. [manuscrit] complet, par curiosité. Tu verras par quelle mécanique compliquée j’arrive à faire une phrase. » Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet (15 avril 1852).

La Bibliothèque municipale de Rouen conserve tous les scénarios, brouillons et manuscrits de Madame Bovary de Gustave Flaubert : la presque totalité des folios noircis par l’auteur entre le mois de septembre 1851 et le mois de mars 1857.

La Bibliothèque municipale de Rouen conserve tous les scénarios, brouillons et manuscrits de Madame Bovary de Gustave Flaubert : la presque totalité des folios noircis par l’auteur entre le mois de septembre 1851 et le mois de mars 1857.

Il s’agit d’un don à la Ville de Rouen effectué en 1914 par la nièce de Flaubert.

Ce fonds des manuscrits de Madame Bovary est un des plus prestigieux volets des collections patrimoniales de cette Bibliothèque. De nombreux chercheurs français et étrangers, mais également des étudiants ou un public de curieux et passionnés de l’œuvre de Flaubert expriment régulièrement le souhait de pouvoir consulter les manuscrits de ce roman, uniques témoins de l’interminable travail rédactionnel précédant l’état final, inséparable du style de « l’homme-plume ».

Cette édition génétique intégrale des manuscrits de Madame Bovary est le fruit d’une coopération étroite de la Bibliothèque municipale de Rouen avec le Centre Flaubert (le professeur Yvan Leclerc, Danielle Girard, Nitiwadee Srihong) et a également bénéficié de la participation du laboratoire LITIS (ex-PSI, les professeurs Thierry Paquet et Laurent Heutte, Stéphane Nicolas).

Elle constitue une base de connaissance considérable (près de 15 000 fichiers composent cette édition), cherchant à la fois à restituer à l’écran un peu de l’émotion de cette « mécanique compliquée » qu’est l’écriture de Flaubert, et à constituer pour les chercheurs et les spécialistes de cette œuvre un instrument de travail unique, favorisant les études à partir des manuscrits.

Peu d’écrivains ont laissé un tel volume d’archives, traduisant ce travail obsessionnel de l’écriture : cette recherche fiévreuse et obstinée de « l’idéal de la prose » se lit dans les innombrables additions dans les marges et les interlignes, les ratures et les reprises multiples, dessinant folio après folio cette phrase concise et économe sans cesse soumise à l’épreuve de la diction, le « gueuloir », véritable test de résistance de son style...

 

À l’exception des folios détruits par Flaubert lui-même ou dispersés ensuite à la faveur de dons, toutes les phases de la genèse du roman sont préservées dans ce dossier :

– la conception initiale de l’œuvre tout d’abord (les plans et les scénarios généraux et partiels), caractéristique d’un travail de structuration très visible portant sur les grandes articulations du roman ;

– les phases de dilatation de la rédaction ensuite, traduites par l’inflation des folios des brouillons ;

– les phases de condensation enfin, faites de renoncements traversés par quelques remords dans un manuscrit définitif autographe qui contient parfois plus de ratures que les folios de brouillons les plus denses, et que l’on retrouve jusque dans le manuscrit du copiste.

L’analyse génétique des manuscrits de Madame Bovary met d’ailleurs en évidence l’intensité des phénomènes de réécritures chez Flaubert : on a ainsi relevé jusqu’à 50 folios rédigés pour parvenir au folio définitif (en l’occurrence, le folio 292).

La numérisation par la Bibliothèque de Rouen de cet ensemble considérable, majoritairement inédit, la transcription disponible pour l’ensemble des folios grâce aux efforts de Danielle Girard et du réseau des transcripteurs créé et animé pour ce projet, le classement génétique intégral de ces documents grâce au travail universitaire de Marie Durel, et la mise à disposition aujourd’hui de cet ensemble sur le Web, permettent de proposer enfin un accès universel, et que nous espérons simple, aux manuscrits de Madame Bovary pour tous les publics et tous les usages.

Les écrans d’aide et ceux consacrés à la présentation de l’édition détaillent l’étendue des possibilités offertes par cette édition.

Deux modes d’accès principaux aux textes sont proposés :

– Feuilleter : accès aux sources dans l’ordre de foliotation des manuscrits ou de la pagination de la préoriginale (publication initiale du roman en feuilleton dans la Revue de Paris de Maxime de Camp, entre les mois d’octobre et décembre 1856).

– Consulter : navigation dans la chronologie de la rédaction du texte, à partir d’une lecture d’un passage du roman ou en interrogeant le moteur de recherche.

Des dossiers complémentaires et des ressources associées à cette œuvre sont également disponibles sur ce site et pourront être progressivement enrichis par de nouvelles contributions.

Cette première édition intégrale et génétique constitue l’aboutissement de dix années d’efforts :

– cinq années consacrées par Marie Durel à l’analyse des séquences narratives et au classement génétique complet des brouillons et manuscrits ;

– cinq années consacrées à la numérisation et à la transcription de l’ensemble des feuillets et à la conception ergonomique et informatique de cette édition.

Mené par la Ville de Rouen (Bibliothèque), en partenariat avec l’Université de Rouen (Centre Flaubert, laboratoire LITIS, ex PSI), ce projet a bénéficié du concours du Ministère de la Culture et de la Communication, du Conseil régional de Haute-Normandie et de la Fondation Bettencourt-Schueller.