Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (52)

Discipline
  • Sciences de l'homme (102)
    • Homme-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Méthodologie (1)
    • Philosophie (5)
      • Philosophie politique (5)
    • Sciences des religions (102)
      • Christianisme - Théologie doctrinale (1)
      • Christianisme - Vie, culte et pratique religieuse (8)
      • Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées (102)
      • Islam, babisme et foi bahaïe (11)
      • Judaïsme (5)
      • Église chrétienne et sociétés (approches sociales et historiques) (8)
  • Sciences de la société (91)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (90)
      • Histoire générale (90)
    • Sciences de l'éducation (1)
      • Philosophie et théorie de l'éducation (1)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (4)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (4)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (3)
      • Approches transversales (3)

Niveau
  • Enseignement supérieur (102)
  • L1 (47)
  • L2 (2)
  • L3 (2)
  • Licence (67)
  • M1 (43)
  • M2 (42)
  • Master (55)

  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (5)
  • Etude de cas (1)
  • Etude et document (type UOH) (9)
  • Exercice (9)
  • Glossaire (10)
  • Grande Leçon (type UOH) (92)
  • Méthodologie (1)
  • Webdocumentaire (1)
  • Webographie, bibliographie (17)
102 résultats
Tri décroissant par
Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées
De nouveaux enjeux épistémologiques en milieu conf...
Le Mans Université

Afin d'étudier les nouveaux enjeux épistémologiques en milieu confessant, les auteurs de ce module présentent les lectures contemporaines de l'affaire Galilée, puis la perception des résultats scientifiques modernes par deux groupes d'intellectuels musulmans, le créationnisme dans les milieux évangéliques états-uniens et enfin l'islam au regard de chercheurs musulmans en sciences sociales.

De nombreuses références bibliographiques, des références biographiques et un glossaire sont proposés en complément du cours.

 

La violence religieuse dans l'histoire de l'islam ...
Le Mans Université

Comment peut-on définir « la violence » ? Peut-on analyser la religion comme un mouvement social ou comme une protection identitaire ? Est-ce la religiosité, c'est-à-dire la façon de pratiquer une religion qui conduit à l'usage de la violence, notamment lorsqu'un individu ou un groupe humain tente d'idéologiser cette religion, de la pousser jusqu'à l'extrême, à travers des lectures et des interprétations différentes ?

Quelles sont les causes profondes et les origines lointaines qui ont été derrière la violence dans les débuts de l'histoire de l'Islam ? Comment peut-on analyser ce que des commentateurs appellent une « guerre religieuse » contemporaine légitimée par certains en faisant référence à des caricatures et écritures insultant l'islam et les musulmans ?

La théorie du pouvoir durant le mandat de Fakhr-al...
Le Mans Université

- Introduction

- Fakhr al-Din, entre révolte et loyauté

- La gestion des rapports de force internes

- Une politique d'alliances

 

L'émir Fakhr al-Din (1572-1635) est une figure majeure de l'histoire de la partie orientale de la Méditerranée au XVIIe siècle. Au sein de l'Empire ottoman, divisé en vilayets eux-mêmes subdivisés en sandjaks , il parvient à instaurer une entité proto-étatique puissante, englobant ce qui deviendra le Liban (au XXe siècle) ainsi que certaines régions environnantes. Il profite des guerres de l'Empire ottoman pour élargir son pouvoir et organiser les structures administratives qui lui sont nécessaires. De confession druze , il s'assure le soutien des maronites à qui il garantit sa protection. Il établit des relations avec l'Europe. Il signe, notamment, un accord avec Florence dont la nature commerciale voile des articles secrets concernant les aspects militaires. Sa politique suscite la crainte des Ottomans qui organisent une campagne contre l'émir, l'incarcèrent et l'exécutent à Constantinople le 13 avril 1635. L'épisode prend place dans une révolte druze qui s'étend sur deux siècles (XVIe-XVIIe siècles) : elle s'achève avec le décès d'Ahmad Maan, en 1697, sans aucun descendant mâle.

La coexistence confessionnelle dans le Saint-Empir...
Université de Lorraine

A compter du XVIe siècle, l'Europe se divise en plusieurs confessions, tout d'abord la confession catholique et luthérienne et par la suite calviniste ; c'est donc un monde en pleine recomposition dans lequel va plonger Dom Loupvent. Dom Loupvent, qui a sa façon, découvre une porte d'entrée pour la coexistence confessionnelle. Cela n'était pas évident. En effet bien après Dom Loupvent, le Saint-Empire est soumis à de fortes pressions politiques et confessionnelles auxquelles doit faire face Charles Quint, l'empereur du Saint-Empire, qui doit penser à une recomposition de l'ensemble de cette structure très complexe, structure politique, structure confessionnelle et territoriale qu'est le Saint-Empire. A compter du milieu du XVIe siècle l'éviction du protestantisme est absolument impensable et l'empereur doit composer avec les différentes confessions protestantes afin de jeter les bases de ce qui devient une coexistence officielle entre les confessions et non plus une coexistence de composition au gré des événements.

Les massacres pendant les guerres de religion
Le Mans Université

De nombreux massacres ont jalonné les huit guerres de religion qu'a connues la France entre 1562 et 1598. Le premier conflit est initié par le massacre de plusieurs dizaines de protestants réunis dans une grange, dans la ville champenoise de Wassy, le 1er mars 1562. À la fin du mois d'août 1572, la Saint-Barthélemy et ses prolongements provinciaux constituent sans doute le point d'orgue de cette violence massacreuse, laquelle tend à décliner dans les années suivantes. De telles exactions ne sont alors pas un fait inédit, ni en Europe, ni au-delà : massacres commis dans la Russie du tsar Ivan le Terrible (r. 1547-1584), massacres au moment de la conquête de Chypre par les Ottomans (1571) et lors des guerres contre la Perse (1576-1590), massacres encore dans le Japon de Hideyoshi (1537-1598) ; les exceptions de la période se trouvent en Asie, pendant le court règne de l'empereur chinois Longqing (r. 1567-1572) et celui, beaucoup plus long, de l'empereur mogol Akbar (r. 1556-1605) qui a cependant construit une partie de son empire par la force. Le sac de Rome en 1527 ou la conquête du plateau aztèque par les conquistadores dans les années 1520 ont donné lieu à des massacres qui ont scandalisé nombre d'observateurs et suscité de vives dénonciations. Le massacre, s'il n'est pas un objet banal, est donc inscrit dans les structures mentales du temps et est souvent référé à son archétype biblique, le massacre des innocents . Les gravures contemporaines, comme celles de Tortorel et Perrissin, mobilisent d'ailleurs implicitement ce type de représentations.

Féminismes séculiers et féminismes islamiques : ex...
Le Mans Université

Le féminisme arabe apparaît dans le monde musulman au début du XXe siècle. En Egypte, par exemple, dès 1920 des femmes égyptiennes de tradition musulmane et de tradition chrétienne s'engagent dans un mouvement collectif de libération pour revendiquer des droits en leur faveur en mobilisant le qualificatif de "féminisme". Ces féminismes nationaux, nés en Syrie et en Egypte, sont intrinsèquement liés, dès la fin du XIXe siècle, à un contexte favorable à l'éducation des filles. Le féminisme marocain, mouvement social et historique issu de la gauche politique, est un autre exemple marquant du féminisme historique arabe. Le concept "féminisme islamique" ne voit le jour qu'au milieu des années 1990, dans la sphère académique relative aux recherches sur le genre, à partir de l'expérience iranienne où des femmes islamistes réclaments des réformes de la charia (dite "loi islamique") en faveur des droits des femmes.  

Catholicisme et médecine au XIXe siècle. Conflits,...
Le Mans Université

Ce chapitre sur le catholicisme et la médecine au XIXe siècle évoque deux points :

- La professionnalisation de la médecine au XIXe siècle ;

- Les confrontations symboliques des dernières décennies du XIXe siècle.

Les martyrologes au temps des troubles confessionn...
Le Mans Université

Les violences religieuses du XVIe siècle connaissent des formes changeantes, à la charge symbolique variable.

Le poète Agrippa d'Aubigné distingue dans ses Tragiques deux périodes : le « temps des feux » est l'époque des premiers bûchers des hérétiques, en d'autres termes le temps des martyrs ; leur succède le « temps des fers », temps de confusions et de convulsions, époque des guerres civiles et des massacres qui les accompagnent.

Dans un troisième temps, après 1572 en France, à la fin du XVIe siècle dans les Pays-Bas, la violence massacreuse cède la place à une violence davantage intériorisée et localisée. C'est aussi le temps des premières commémorations et de la mise en place d'une mémoire des atrocités subies confessionnellement orientée

L'islam au regard de chercheurs musulmans en scien...
Le Mans Université

Depuis le début du XXe siècle, des chercheurs de confession musulmane ont choisi d'étudier la religion musulmane comme une pratique sociale liée à des éléments de culture et de civilisation dans des contextes particuliers, avec les outils des sciences humaines et sociales. Ce fut d'abord le cas en histoire, par exemple, puis dans d'autres disciplines comme la philosophie, la linguistique ou l'anthropologie. Ces intellectuels ont cherché à élaborer des concepts communs à divers champs et des théories scientifiques permettant de trouver de nouvelles réponses aux questions posées par les approches traditionnelles. Cette démarche, qui marque une inflexion épistémologique majeure, a visé à s'éloigner de toute influence mythique ou religieuse dans le cadre du travail académique. Ce changement épistémologique s'est effectué dans un mouvement de relations et de tensions entre ceux qui s'expriment en dehors des institutions religieuses et ceux qui cherchent à renouveler la compréhension de la société à travers la pensée religieuse. Il s'agit donc d'un processus complexe, avec de fortes oppositions. Les enjeux sont importants dans la mesure où les méthodes d'acquisition des connaissances mettent en jeu des valeurs et que leur mise à distance dans un cadre scientifique à des fins d'étude, peut apparaître comme une relativisation.

Les ulémas, disposant de connaissances religieuses élaborées au sein de disciplines fixées il y a plus d'un millénaire, ont œuvré dans le but d'apporter des réponses sûres et précises aux questions posées par l'homme, sur lui-même et sur sa vie. C'est ce savoir, fondé sur un corpus considérable, qui a été partiellement mis en question. Les chercheurs en sciences humaines et sociales n'ont, en effet, pas les mêmes prémices lorsqu'ils abordent le thème de la religion, et ils n'utilisent pas non plus les mêmes méthodes d'interprétation et d'explication du livre sacré des musulmans. Comme en milieu juif ou chrétien, cette rencontre entre deux approches fondées sur des épistémologies différentes a suscité et continue encore à susciter des débats. Deux exemples seront donnés des nouvelles lectures du patrimoine islamique. La première se présente comme une démarche interne, celle d'un point de vue « islamique humaniste », elle a été revendiquée par Mohammed Abed El Jabiri et par Mohammed Arkoun. La seconde est davantage externe, analytique, elle a une dimension culturelle, herméneutique et politique et a été proposée par Nasr Hamid Abou Zayd.