Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (68)

Discipline
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (1)
    • Langues étrangères-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (1)
    • Lettres-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
  • Sciences de l'homme (8)
    • Homme-Approches transversales et méthodologie (8)
      • Approches transversales (8)
  • Sciences de la société (110)
    • Géographie, Aménagement (110)
      • Aménagement (110)
      • Environnement et risques (11)
      • Géographie urbaine (95)
      • Géographie économique et régionale (9)
      • Géomatique et représentations géographiques (1)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (10)
      • Histoire générale (10)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (71)
      • Approches transversales (71)

Niveau
  • Enseignement supérieur (110)
  • Formation continue (10)
  • Formation professionnelle (10)
  • L1 (9)
  • L2 (88)
  • L3 (99)
  • Licence (110)
  • M1 (1)
  • Master (18)

  • Diaporama (1)
  • Essentiel (type UOH) (63)
  • Etude de cas (36)
  • Etude et document (type UOH) (11)
  • Exercice (14)
  • Grande Leçon (type UOH) (53)
  • Guide pédagogique (1)
  • Webographie, bibliographie (11)
110 résultats
Tri décroissant par
Aménagement
Approfondissement théorique : l’évolution métropol...
Université Côte d'Azur

L’espaces public sous ses différentes formes (rues, places, parcs, halles publiques…), est une composante essentielle de la ville. Le sociologue suisse Michel Bassand (2001) propose de concevoir la ville non pas comme une réalité uniquement physique, figée dans le temps, mais comme un phénomène, le phénomène urbain, qui subit un processus de transformation permanente. Cette transformation est due essentiellement aux orientations politiques, économiques, culturelles ainsi que des usages. Ceci influe directement sur l’aménagement des espaces publics.

Etude de cas 1 : la place Garibaldi
Université Côte d'Azur

La place Garibaldi dans son contexte historique.

Module 3 : l'analyse de la composition d'une place
Université Côte d'Azur

Après avoir vu l'insertion de la place dans le tissu urbain (Module sur le contexte), les analyses du présent module permettent d'appréhender plus précisément les caractéristiques propres de la place publique en tant qu’espace en soi. L’objet d’analyse sera ainsi uniquement le périmètre de la place et les bâtiments qui la bordent.

L’étude de la composition de la place constitue le cœur de l’approche architecturale de l’espace public. Dans ce qui suit, la composition de la place sera conçue comme l’élément de conjonction entre la composition architecturale des bâtiments qui la bordent et la composition urbaine du plus vaste espace dans lequel elle se situe (cfr. module sur le contexte). Même si toutes les places n’ont pas fait l’objet d’une composition unitaire de la part d’un seul concepteur (comme la place St-Pierre à Rome de la part du Bernin ou la place du Capitole de la part de Michel-Ange), on peut parler d’une composition globale de la place, issue de l’intervention collective et échelonnée dans le temps  des concepteurs des différents physiques éléments concourant à la conception de la place. P. Pinon (1992) parle également de la différence entre une composition volontaire (même si partielle) d’un fragment urbain et une composition de fait, résultante d’interventions individuelles qui n’avaient pas pour but une action compositive. La notion de composition renvoie précisément à l’articulation entre des parties et un tout (ici la place) cohérent, global et qui acquiert de ce fait un sens qui lui est propre. Plusieurs éléments concourent ainsi à la composition d’une place : l’architecture des bâtiments, le rapport entre espaces pleins et espaces vides, le traitement des espaces ouverts, les éléments du mobilier urbain, etc. Schématiquement, l’analyse de la composition se structure ainsi en trois sections, selon une logique allant du général au particulier.

Etude de cas 2 : les fonctions des places Rossetti...
Université Côte d'Azur

1. La distribution spatiale des fonctions

2. La distribution spatio-temporelle des usages et des flux

3. L’appropriation de l’espace

La place du modèle Haussmannien
Université Côte d'Azur

Au XIXe siècle, pendant le Second Empire, Napoléon III décide une modernisation de l'ensemble de Paris. Il choisit le Préfet Haussmann pour mener à bien ce projet d‘urbanisme de grande ampleur qui se déroulera entre 1852 et 1870. L’objectif affiché par Napoléon sera celui de donner une grande capitale moderne à l’Empire, capitale dont on renforcera l’attractivité à la fois au niveau national et international.

La place dans l'urbanisme des trente glorieuses
Université Côte d'Azur

Après la Seconde Guerre Mondiale, de nouveaux besoins en logements apparaissent ainsi qu‘une évolution des techniques et des matériaux de construction. En même temps, la standardisation des procédés industriels et l’augmentation des niveaux de vie, permettent une démocratisation croissante de l’équipement automobile.

La place urbaine perçue
Université Côte d'Azur

Comme celle de l’ensemble de l’espace urbain, la perception d’une place publique peut être étudiée au moins à deux niveaux : celle de la symbolique et des images qu’elle dégage, liées au vécu et aux valeurs socioculturelles de ses usagers, et celle plus physique de la perception visuelle des éléments qui la composent. L’une et l’autre renvoient simultanément à plusieurs échelles d’observation et de perception.

Etude de cas 5 : la composition de la place des Mo...
Université Côte d'Azur

Quelques pistes de travail sur la composition de la place des Mosaïques..

Gestion des zones humides dans le sud-ouest de la ...
Université Toulouse - Jean Jaurès

Une vidéo de 45 minutes tournée dans le Sud-Ouest de la France sur le thème de la gestion des zones humides dans le Sud-Ouest.

 

La vidéo se divise en 9 points :

- 0. Les enjeux des zones humides

- 1. Les tourbières en Aveyron

- 2. Les vieux étangs du Bas-Armagnac

- 3. La ripisylve de la Garonne

- 4. Une initiative communale : l'étang de Perchède

- 5. Une action des collectivités : La Save

- 6. Le dispositif ENS : la gestion de la tourbière des Rauzes

- 7. Les mesures agri environnementales (MAET)

- 8. Les mesures de protection des étangs

- 9. Conclusion

 

Résumé :

Les zones humides, dans le paysage actuel, sont de la plus haute importance d'un point de vue écologique. Reconnues par Natura 2000 pour leur biodiversité, elles font souvent l'objet de conflits entre les différents gestionnaires, surtout par rapport aux usages possibles de ces espaces.

Agriculteurs, chasseurs, pêcheurs, écologistes et scientifiques, autant de visions particulières de la manière d'appréhender ou d'utiliser ces espaces. Les étangs, par exemple, peuvent être perçus comme une réserve d'eau pour l'irrigation, une ressource piscicole, une ressource faunistique pour les chasseurs ou un lieu d'observation pour les naturalistes.

Autre exemple, les tourbières, elles aussi, si l'on se place du point de vue de l'agriculteur, représentent une contrainte, un terrain peu rentable qui doit être amélioré. Ces mêmes tourbières, pour d'autres acteurs, représentent une véritable ressource en soi : espace de biodiversité, ressource régulatrice en eau par rapport aux étiages, etc. En outre, ces tourbières constituent de véritables archives archéologiques : elles offrent un terrain d'étude, une ressource scientifique, historique et pédagogique de première importance pour les palynologues, les botanistes et les naturalistes.