Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (9)

Discipline
  • Arts (2)
    • Musique (2)
      • Théorie et histoire de la musique (2)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (1)
    • Langues étrangères-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
  • Sciences de l'homme (2)
    • Sciences des religions (2)
      • Autres religions (1)
      • Christianisme - Vie, culte et pratique religieuse (1)
    • Sciences du langage (1)
      • Sociolinguistique (1)
  • Sciences de la société (23)
    • Géographie, Aménagement (23)
      • Géographie humaine (23)
      • Géographie physique (9)
      • Géographie rurale (5)
      • Géographie urbaine (5)
      • Géographie économique et régionale (8)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (11)
      • Histoire de l'Afrique (2)
      • Histoire de l'Amérique du Nord (9)
      • Histoire générale (2)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (5)
      • Sociologie des cultures (1)
      • Sociologie des groupes sociaux (3)
      • Sociologie des processus sociaux (2)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (3)
      • Approches transversales (3)

Niveau
  • Autres (1)
  • Doctorat (2)
  • Enseignement supérieur (23)
  • Formation continue (2)
  • Formation professionnelle (5)
  • L1 (13)
  • L2 (15)
  • L3 (15)
  • Licence (22)
  • M1 (5)
  • M2 (5)
  • Master (7)

  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (3)
  • Essentiel (type UOH) (1)
  • Etude de cas (2)
  • Etude et document (type UOH) (3)
  • Glossaire (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (16)
  • Simulation (1)
  • Webdocumentaire (1)
23 résultats
Tri décroissant par
Géographie humaine
La notion de "'nordicité" au Canada
Université Côte d'Azur

Le concept du « Nord » est intrinsèque à l’identité canadienne – les hivers rudes, la forêt et les lacs à perte de vue, les animaux sauvages… - tous font parti de l’inconscient canadien, même si le citoyen typique habite souvent dans une grande ville pas loin de la frontière américaine au sud. Le réchauffement climatique perturbe l’équilibre écologique et provoque des dégâts particulièrement importants pour certaines espèces au Canada, tel que l’ours polaire, ou divers environnements, comme la toundra où la fonte du pergélisol transforme les flux d’énergie et de matières organiques qui régissent les équilibres. Certains citoyens regrettent même que les hivers « ne soient plus comme avant » : moins longs, moins froids, moins de neige…, malgré tous les avantages que ces changements peuvent représentés pour le citoyen ordinaire.

Différentes définitions de « nordicité » ont été avancées dans la littérature académique et Bone (XXX) en donne quelques unes dans son ouvrage « The Regional Geography of Canada ». Sur ce site, nous nous limiterons à trois zones :

1) Le « Sud » : cette région correspond aux grandes villes du Canada ainsi qu’aux terres agricoles qui se situent plutôt près de la frontière partagée avec les USA aux sud du pays. Pour certaines villes, comme Winnipeg, Ottawa, et Québec par exemples, le « Sud » demeure une région très froide en hiver avec des températures moyennes bien en-dessous de 0 et des cumuls de neige importants. Le Sud se caractérise surtout par sa concentration du pouvoir politique et économique : les décisions sont prises dans le Sud par des personnes élevées dans les grandes villes et elles sont répercutées sur l’ensemble du territoire.

2) Le « Moyen Nord » : partez de n’importe quelle ville canadienne et suivez la route principale vers le nord et progressivement vous verrez de moins en moins de maisons et de champs agricoles et de plus en plus de forêt. Au bout de la route, vous arriverez probablement à une petite ville minière ou de papeterie. Ces villes partagent plusieurs caractéristiques : elles dépendent essentiellement de l’extraction de ressources primaires pour leur survie et dont les emplois essentiellement d’un seul employeur, elles connaissent des économies de « boom & bust » avec des hauts et des bas, elles sont souvent peuplées de plus d’hommes que de femmes, les habitants y sont très attachés. Voir l’entretien avec Dan Laroque sur la ville de Cobalt – ville minière située au nord de l’Ontario qui fut la plus grande mine d’argent au monde au début du 20ième siècle.

3) Le « Grand Nord » : cette zone regroupe la totalité des territoires du nord ainsi que les extrémités nord des provinces à l’exception des provinces de l’Est. Traditionnellement, elle est habitée par les peuples autochtones et l’arrivée des blancs coïncide avec des « ruées vers l’or » ou d’autres ressources naturelles (pétrole, diamants…). Comme pour le Moyen Nord, l’économie dépend surtout de l’extraction de ressources naturelles dont la richesse bénéficie surtout aux entreprises du sud avec relativement peu de retombées pour les autochtones. Cette tendance est en évolution et progressivement, les conditions d’extraction des ressources naturelles est soumise à un dialogue avec les représentants autochtones.

Portrait de chercheur-entretien avec Violette Rey
Ecole normale supérieure de Lyon

Un entretien qui retrace le parcours de Violette Rey, géographe, enseignante-chercheur à l'ENS-LSH. Ses passions pour la géographie l'ont amené à travailler sur les dynamiques territoriales dans l'Est de l'Europe et sur les influences culturelles.

Le Multiculturalisme canadien
Université Côte d'Azur

La notion de multiculturalisme en tant qu'idéologie :

Pourquoi considérer le concept de multiculturalisme comme étant une idéologie ? Qu’entendons-nous par idéologie ? Le sens que nous attribuerons ici à cette notion, est relativement simple : il s’agit d’un système d’idée qui façonne et/ou constitue une grille particulière d’interprétation du monde. Ainsi, nous pouvons définir le multiculturalisme en tant que courant de pensée, qui prend son essor dans la fin des années ‘70, soit dans un contexte historique où de nombreux Etats-nations se mirent à adopter une nouvelle gestion des mouvements migratoires, à la suite des chocs pétroliers et des premières crises économiques successives. En tant que courant de pensée, le multiculturalisme ne signale pas simplement que les sociétés sont composées d’individus aux appartenances et aux identités culturelles différentes. C’est un fait historique de n’importe quelle société, ce constat est mis en avant périodiquement, selon comment les pouvoirs publics et les médias s’y intéressent. Le multiculturalisme va au-delà de ce constat, « il prône » la valorisation des identités, leur reconnaissance à l’intérieur des Etats. Dans une optique relativiste, le concept de multiculturalisme, met l’ensemble des cultures au même niveau, sans aucune relation de domination à l’intérieur même d’un pays.

Au niveau empirique, le multiculturalisme devient un fait social dès lors que des groupes s’identifient à des identités autres que celle du pays dans lequel ils résident, et qu’ils revendiquent un statut juridique et social équivalent aux membres de la culture dîtes dominante. Il s’agit d’une revendication sociale qui s’inscrit dans une lutte pour la reconnaissance. Nous pouvons prendre l’exemple des autochtones au Canada, qui se battent pour préserver leur statut social. Ce mouvement, a pour origine l’intériorisation par les membres des groupes aux identités particulières, du regard que la société porte sur eux. C’est aussi parce que la société identifie les individus par rapport à une identité donnée, que ces derniers s’identifient à leur tour à cette identité. Il ne nous faut pas oublier, que les individus se construisent socialement au travers du regard d’autrui, ce qui détermine dans leur évolution leur prise de position ou leur choix d’action sociale. C’est en ne reconnaissant pas les autochtones comme étant canadiens, que ces derniers vont renforcer leur identification à leur histoire, à leurs traditions, à leurs langues…

Concernant l’application des idéaux multiculturalistes et des réponses institutionnelles aux revendications des différents groupes sociaux, les Etats tentent de trouver un juste équilibre entre leurs intérêts et la demande sociale afin d’assurer l’unité des pays et leur cohésion sociale respectives. L’Etat fédéral canadien est actuellement le plus abouti concernant l’application d’une politique multiculturelle. En effet, il a su s’organiser pour gérer son immigration tout en prenant des mesures institutionnelles qui permettent aux nouveaux arrivants de ne pas se sentir exclus en facilitant leur insertion professionnelle, en mettant en place des structures dans lesquelles ils peuvent demander des renseignements pratiques... de cette manière les différentes identités sont reconnues et acceptées. La coexistence entre les différentes communautés est ainsi assurée. De plus, les autorités encouragent la participation à la vie sociale des résidents permanents c'est-à-dire des personnes qui ne sont pas originaires du Canada.

L’enjeu politique du multiculturalisme est de créer de l’unité, un héritage commun à tous les individus qui composent la nation canadienne.

Lecture des paysages lorrains
Université de Lorraine

A travers plus de 800 photographies aériennes ou au sol, ainsi que des vidéos, cette ressource numérique permet de découvrir la richesse et la diversité des paysages de la Lorraine. Chaque paysage présenté est le produit du travail de l’homme avec la nature. Il résulte d’une longue histoire racontée avec des textes courts par une équipe de géographes de l’université de Lorraine. Ils ont constitué des dossiers autour de thématiques ou de petites régions présentant une certaine unité géographique.
Des leçons in situ sur quelques sites géographiques majeurs décryptent les paysages et aident à comprendre leur composition, leur histoire, leur évolution.


L’utilisateur de cette ressource pourra suivant ses besoins ou ses envies parcourir de façon linéaire une petite région ou une thématique ou étudier à travers différents dossiers la diversité et la richesse paysagères de la Lorraine.


La ressource  est structurée en trois parties, complétées par un glossaire :


- Ce que nous apprennent les paysages
- Genèse des paysages lorrains
- Richesse des paysages lorrains

Les langues et religions au Canada
Université Côte d'Azur

La diversité des langues et religions d’un pays reflète en partie sa diversité culturelle. Au niveau fédéral, le Canada possède deux langues officielles : le français et l’anglais. Cette dualité a souvent été interprétée comme une ligne de fracture entre les Québécois, d’une part, et le reste du Canada, « le Canada anglophone », d’autre part. En réalité, nous trouvons des francophones en-dehors du Québec, notamment au Nouveau-Brunswick (la seule province officiellement bilingue du pays), même si le Québec demeure la seule province presque entièrement francophone du pays. Avec l’arrivée ces dernières décennies d’immigrants non-européens, le nombre d’habitants dont la langue maternelle est ni l’anglais ni le français a très fortement augmenté.  

Les nouveaux arrivants de l’Asie du Sud, la Chine et les autres pays non-européens ont aussi modifié la répartition religieuse du Canada. Cependant, la première communauté d’immigrants récents, les chinois, proviennent d’un pays historiquement communiste et donc ils n’ont qu’une faible appartenance religieuse. Les immigrants des pays Arabes (Musulmans) et de l’Asie du Sud (Musulmans, Sikhs, Hindous) s’identifient plus fortement avec leurs religions d’origines. Les religions autres que la chrétienté ne représentent jamais plus de 10% dans les provinces et territoires. La religion dominante de loin est celle des premiers européens, le christianisme. Les taux de Protestants, Catholiques et sans appartenance religieuse varient d’une province ou territoire à l’autre, mais partout la chrétienté est fortement dominante, y compris parmi les autochtones. La somme des religions autres que la religion chrétienne ne dépasse jamais les 10% de la population provinciale ou territoriale.

Ce que nous apprennent les paysages lorrains
Université de Lorraine

Cette première partie s'articule autour de trois thèmes :

- Le paysage ;

- L'observation des paysages ;

- Les interprétations des graphistes.

Les régions physiographiques du Canada
Université Côte d'Azur

Assez naturellement, les limites administratives (nationales, régionales, provinciales…) du monde concordent souvent avec des délimitations naturelles telles que les cours d’eau, les lacs, et les lignes de crête. Ceci se voit aussi au Canada, même si les recoupements entre régions administratives et naturelles sont rarement parfaits. Une région physiographique représente une région dans laquelle les différentes composantes naturelles tendent à une concordance pour créer un ensemble physiographique homogène. Deux facteurs dominent dans ce processus – la géologie et le climat. La structure géologique joue un rôle prépondérant dans la topographie et la lithologie forme le matériau sur lequel va agir le climat pour former les sols et les végétaux. Les mêmes régions connaissent aussi les mêmes processus géomorphologiques qui modèlent la surface. Contrairement aux autres parties de ce site, la description des régions physiographiques ne s’organise pas en fonction des limites administratives, ceci afin d’éviter des redondances dans le texte là où la même région physiographique serait présente dans différentes régions administratives.

La description des régions physiographiques est découpée en 4 sous-parties :

1- La géologie et le relief

2- Le climat

3- La végétation

4- Les sols

A l’intérieur de chaque sous-partie, une carte dynamique s’affichera qui vous permettra de faire apparaître le texte en cliquant sur une région à l’intérieur de la carte.

Le contenu de cette partie sur les régions physiographiques provient essentiellement de R.M. Bone (2002), The Regional Geography of Canada (2nde édition), Oxford University Press, ainsi que du site web de l’Atlas du Canada.

Genèse des paysages lorrains
Université de Lorraine

Cette deuxième partie s'articule autour de six thématiques :

- Une extraordinaire richesse d'espaces naturels ;

- Une terre longuement façonnée par les hommes ;

- Une province stratégique profondément marquée par l'histoire des conflits ;

- Une région riche en ressources ;

- Les paysages urbains ;

- Évolution récente des paysages.

L'immigration au Canada
Université Côte d'Azur

Nous disons souvent, en comparaison avec la France d’ailleurs, que le Canada est un pays d’immigrants. Cependant, toutes les nations sont faites d’immigrants. Ceci est très clairement le cas des « jeunes » pays comme le Canada et l’Australie, mais toutes les régions de la planète, y compris la vieille Europe, ont fait l’objet de guerres, d’invasions, de conquêtes, et de métissages depuis le début des temps. A l’échelle millénaire, l’immigration et le mouvement des peuples est la norme et non pas un phénomène moderne qui met en danger les sociétés. Ayant dit cela, la modernité des transports et l’ouverture des frontières nationales ont introduit des possibilités de flux humains jamais connu auparavant. Et ceci a engendré des changements dans les origines des immigrants. Après une brève présentation des flux historiques d’immigrants, la répartition des immigrants en fonction de leurs origines ethniques sera présentée à travers une série de cartes interactives et de graphiques. Les cartes proviennent de l’Atlas du Canada (en-ligne), et les graphiques du site web de Statistiques Canada.