Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (3)

Discipline
  • Sciences de l'homme (1)
    • Sciences des religions (1)
      • Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées (1)
  • Sciences de la société (16)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (1)
      • Histoire de l'Asie, Orient, Extrême-Orient (1)
      • Histoire de l'Europe (1)
      • Histoire générale (1)
    • Sciences de l'éducation (1)
      • Enseignement secondaire (1)
      • Enseignement supérieur (1)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (16)
      • Services et problèmes sociaux (16)
      • Sociologie des cultures (1)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (1)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (2)
      • Approches transversales (2)

Niveau
  • Enseignement supérieur (16)
  • L1 (1)
  • L2 (1)
  • L3 (1)
  • Licence (16)

  • Autoévaluation (1)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (14)
  • Diaporama (1)
  • Essentiel (type UOH) (1)
  • Etude et document (type UOH) (1)
  • Webdocumentaire (1)
16 résultats
Tri décroissant par
Services et problèmes sociaux
La justice restaurative, vers un nouveau modèle de...
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Robert Cario, professeur de sciences criminelles, directeur du master "Criminologie et droit(s) des victimes", Université de Pau, président de l'association paloise d'aide aux victimes et de médiation (APAVIM), le 12 février 2007. Toutes les aires culturelles sont concernées par la problématique de la violence, interne ou importée, externe, proche ou lointaine. Le haut niveau de développement de moyens de communication et de diffusion des informations contraint chacun à un spectacle permanent. Des séquences d'affrontement en scènes de harcèlement, ces violences permanentes et persistantes, lues, vues, vécues... se perçoivent en terme d'insécurité, que l'on occulte en les banalisant ou au contraire que l'on cherche à éradiquer en leur donnant une ampleur démonstrative jamais atteinte. Qu'elles soient organisées ou impromptues, classiques ou plus contemporaines, chacun se trouve dans l'obligation de prendre position sur leurs origines et sur les réductions dont elles font l'objet. Quand la criminologie s'invente au XIX ème siècle, elle participe d'un courant de pensées fortement marqué par de théories médicales, biologiques et sociologiques incluant la santé mentale et le désordre public dans une police et une criminalistique qui se cherchaient. Aujourd'hui avec quoi, avec qui se construit-elle et où sont les résistances à sa construction ? Pourquoi la criminologie devrait-elle devenir au XXI ème siècle, en Sciences Humaines et Sociales, un bien aussi commun que la Psychiatrie l'a été au XX ème siècle ? En d'autres termes, comment et avec quelles déterminations participons-nous à l'écriture du crime aujourd'hui ? Quelles perspectives en avons-nous, avec quelles rétrospectives? Le cours public organisé cette année va tenter de reprendre quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

L'invention de l'accessibilité
Université Grenoble Alpes

Conférence donnée par Muriel Larrouy, Docteur en sociologie

Au cours des dernières décennies, la notion d’accessibilité, c’est-à-dire la possibilité d’accéder à un lieu et d’utiliser les services qui s’y trouvent, a évolué. Alors qu’historiquement, les actions visaient à offrir un transport à chacun, en passant par des solutions différentes (transports scolaires, lignes régulières, minibus), l’accessibilité est aujourd’hui la possibilité pour tous, valides ou non, de bénéficier du même service.

Test d’auto-évaluation
Université Toulouse - Jean Jaurès

Le test d’auto-positionnement est composé de trois activités, chacune incluant deux types d’exercice différents. Les contenus des activités ont été attentivement sélectionnés selon un double critère qualitatif :

a/ respecter le niveau et les compétences attendues au baccalauréat et b/ soumettre aux étudiants des contenus transversaux au domaine des sciences humaines et sociales, avec une attention particulière au texte et aux données statistiques élémentaires.

Juger vite, juger mal ?
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Dominique Simonnot, journaliste, le 22 janvier 2007. Le cours public reprend quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

Laïcité et réalité sociale
Aix-Marseille Université

Colloque laïcité - Des chemins pour l'avenir : laïcité et réalité sociale.

Ce film contient des éléments sur les points suivants :

  • la question de la non prise en charge sociale laïque des personnes dans le besoin
  • l'irruption du religieux dans la société est à relier avec l'incapacité des institutions à répondre aux angoisses des citoyens : peut-on imaginer une citoyenneté qui ait des droits particuliers ?

Intervenants : Bruno Etienne, Professeur de Sciences politiques ; Samia Chabani, Centre d'accueil pour demandeur d'asile

Violence et santé publique
Université de Bordeaux

A travers la question de la violence posée en terme de santé publique, Roger Salamon, directeur du Haut Conseil de Santé Publique, présente de façon plus élargie ce qu'est le travail de l'épidémiologiste, les outils à mettre en oeuvre pour déterminer des facteurs de risques mais souligne aussi toutes les difficultés liées à la construction des enquêtes et aux innombrables biais d'interprétation.

Psychiatrie et justice pénale : aux origines du dé...
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Marc Renneville, chercheur associé au centre A. Koyré (UMR 8560), chargé de mission "Histoire", direction des enseignements/département de Droit, École Nationale d'Administration Pénitentiaire, le 15 janvier 2007. Le cours public reprend quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

La médecine légale et ses nouveaux enjeux
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Marie-Annick Le Gueut, professeur de médecine légale, Université de Rennes 1, le 18 Décembre 2006. Le cours public reprend quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

Pourquoi une criminologie en sciences humaines ?
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence inaugurale de Loïc-M. Villerbu, professeur de psychopathologie clinique et directeur de l'Institut de Criminologie et Sciences Humaines, Université Rennes 2, le 20 novembre 2006. Le cours public reprend quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?