Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (19)

Discipline
  • Sciences de l'homme (1)
    • Sciences des religions (1)
      • Autres religions (1)
    • Sciences du langage (1)
      • Sociolinguistique (1)
  • Sciences de la société (62)
    • Géographie, Aménagement (2)
      • Géographie humaine (2)
      • Géographie physique (1)
      • Géographie économique et régionale (2)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (2)
      • Histoire de l'Amérique du Nord (2)
    • Sciences de l'éducation (4)
      • Enseignement secondaire (3)
      • Enseignement supérieur (4)
      • Pédagogie et Didactique (1)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (62)
      • Sociologie des groupes sociaux (1)
      • Sociologie des processus sociaux (62)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (1)
    • Société-Approches transversales et méthodologie (28)
      • Approches transversales (28)

Niveau
  • Autres (3)
  • Doctorat (5)
  • Enseignement supérieur (62)
  • Formation continue (12)
  • Formation en entreprise (2)
  • Formation professionnelle (12)
  • L1 (14)
  • L2 (14)
  • L3 (23)
  • Licence (60)
  • M1 (10)
  • M2 (10)
  • Master (11)
  • bac>=6 (1)

  • Autoévaluation (1)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (14)
  • Essentiel (type UOH) (28)
  • Etude de cas (1)
  • Etude et document (type UOH) (1)
  • Exercice (3)
  • Expérience (1)
  • Glossaire (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (15)
  • Guide pédagogique (2)
  • Jeu sérieux (1)
  • Simulation (1)
  • Webographie, bibliographie (9)
62 résultats
Tri décroissant par
Sociologie des processus sociaux
La lutte antidopage (Controverse 2 - Dopage, addic...
Université de Strasbourg

La lutte antidopage, une controverse d’un demi-siècle au triple plan historique, scientifique, statistique.

L'espoir à l'épreuve du progrès
Université de Bordeaux

Comment aider l'homme à sortir de la désespérance où le plonge l'angoisse existentielle de nos sociétés modernes individualistes ? Par l'espoir ou par le progrès, deux réponses distinctes, pour ne pas dire diamétralement opposées puisque l'espoir est une attente irraisonnée alors que le progrès est une action volontaire, un effort engagé.

Ainsi, l'espoir, par la passivité, l'inaction dont il s'accompagne, faute de changer les choses, ramènera sans cesse l'homme à la désespérance car ses espoirs seront tôt ou tard déçus. En revanche, comme l'ont développé les stoïciens, le progrès, généré par l'éducation, la connaissance et le raisonnement seul permettra à l'homme d'affronter son destin et de parvenir à la sagesse et la félicité.

Ces deux attitudes face au désespoir humain ont entretenu des rapports complexes et conflictuels durant l'histoire, influençant alternativement différentes époques. Ainsi, la pensée progressiste qui se développe avec Sénèque, marque à nouveau l'humanisme de la renaissance et des lumières, et plus tard la pensée de Marx sur le progrès social. Or, à toutes ces époques, cette idée de progrès a fini par être dévoyée et s'est transformée en messianisme irrationnel, le progrès, conçu comme une force extérieure qui ne nécessite ni volonté ni effort, devenant la projection dans l'avenir d'une société idéale ou d'un homme nouveau : l'espoir renaît alors, qui aboutira de nouveau au désenchantement et à la désespérance. Le XXe siècle avec ses crises, ses guerres, ses génocides...sera l'expression la plus évidente de cette déviation du sens du progrès vers ce nouvel espoir messianique. Mais cette nouvelle situation désespérée au sens philosophique du terme devrait conduire l'homme à se reprendre en main, à s'engager activement, seule réponse possible car efficace.

Entre utopies dangereuses et postures nihilistes, ...
Université de Bordeaux

Face à ce que les Anciens nommaient le tragique à savoir l'existence de la mort et du mal, l'homme a développé deux attitudes antagonistes : une confiance absolue en la capacité de l'homme à résoudre les problèmes de la nature (l'utopie) et la conviction que rien ne pourra changer (le nihilisme). Ces deux mouvements ont coexisté et se sont respectivement affirmés au cours de l'histoire.

Aujourd'hui, la société opère un profond retour à une attitude nihiliste : les totalitarismes meurtriers qu'ont été le nazisme et le communisme, la prise de conscience des limites de la science et la perte de confiance en la politique ont fait sombrer la société dans une énorme dépression. Pour oublier ce qui l'interpelle, elle se jette dans le présent avec la surconsommation, la drogue, le virtuel : elle se vide la tête. Ce retour au nihilisme n'est toutefois pas dépourvu d'espoir car il a l'avantage d'être lucide. C'est en regardant la réalité et non plus ses rêves que l'homme pourra transformer les choses.

La société du risque ? (Cours : La société à l'aub...
Université de Lorraine

Il s'agit du troisième chapitre de la Grande Leçon "La société à l'aube du XXIème siècle". Jean-Yves Trépos, Christelle Stupka et Sabrina Sinigaglia-Amadio nous proposent ici d'aborder notre société et le passage du XXème au XXIème siècle par le biais de la question de "la société du risque ?"

A travers les travaux de d'Ulrich Beck, Anthony Giddens, Peter Knight ou Robert Castel, entre autres auteurs, ils abordent la question de la place de différents types de risques dans notre société, leur mesure, leur expertise et leur perception (risques calculés, risques calculables, catastrophes naturelles et industrielles, théorie du complot, attaques informatiques, insécurité, etc.)

Égalité et éducation, stéréotypes et orientation (...
sillages.info

Cette formation, intitulée « Être en responsabilité demain : se former à l'égalité femmes-hommes », traite de l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, en abordant l'éducation, les stéréotypes, l'orientation, la parité et la mixité des filières et des métiers, le sexisme ordinaire, le harcèlement et les violences faites aux femmes, pour conclure en terme de responsabilité et de vie citoyenne. Elle est destinée à tout-e étudiant-e et plus largement tout-e apprenant-e désirant se former à ces thèmes.

Cette séquence, intitulée « Égalité et éducation, stéréotypes et orientation », est la seconde d'une série de sept.

Comme toute séquence, elle est découpée en plusieurs sous-thèmes. Un même scénario pédagogique est déployé par sous-thème : tout d'abord quelques minutes de sensibilisation utilisant le plus souvent une vidéo, puis un quiz en quelques questions permettant à l'apprenant-e de situer ses connaissances, enfin, quelques points de cours apportant des réponses aux questions soulevées par la vidéo et le quiz. A la fin de la séquence, après un récapitulatif en 10 points, une auto-évaluation finale est proposée.

Sauf indication contraire, toutes les données concernent la France, les données chiffrées résultant de nombreux travaux scientifiques en sociologie de l'éducation et sociologie du genre.

A l'épreuve des inégalités scolaires
Université de Lorraine

Les inégalités sociales sont un objet récurrent pour les sociologues. Les champs d'études les plus divers de la sociologie (le travail, l'éducation, la santé, la culture, etc.) y sont confrontés. Nous vous proposons de voir de quelle manière, à partir de sa thématique de recherche, Jean-Pierre Terrail tente d'analyser, de mesurer, de qualifier les inégalités devant l'école.

La particularité des métiers scientifiques et tech...

Cette formation, intitulée « Être en responsabilité demain : se former à l'égalité femmes-hommes », traite de l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, en abordant l'éducation, les stéréotypes, l'orientation, la parité et la mixité des filières et des métiers, le sexisme ordinaire, le harcèlement et les violences faites aux femmes, pour conclure en terme de responsabilité et de vie citoyenne. Elle est destinée à tout-e étudiant-e et plus largement tout-e apprenant-e désirant se former à ces thèmes.

Cette séquence, intitulée « La particularité des métiers scientifiques et techniques », est la troisième d'une série de sept.

Comme toute séquence, elle est découpée en plusieurs sous-thèmes. Un même scénario pédagogique est déployé par sous-thème : tout d'abord quelques minutes de sensibilisation utilisant le plus souvent une vidéo, puis un quiz en quelques questions permettant à l'apprenant-e de situer ses connaissances, enfin, quelques points de cours apportant des réponses aux questions soulevées par la vidéo et le quiz. A la fin de la séquence, après un récapitulatif en 10 points, une auto-évaluation finale est proposée.

Sauf indication contraire, toutes les données concernent la France, les données chiffrées résultant de nombreux travaux scientifiques en sociologie de l'éducation et sociologie du genre.

Auto-évaluation finale de "La particularité des mé...
sillages.info

Cette auto-évaluation est proposée aux apprenant-e-s ayant terminé l'étude de la séquence intitulée «La particularité des métiers scientifiques et techniques ». La note finale qu'elles/ils obtiendront leur permettra de juger de leurs acquis et d'identifier les points qui n'auraient pas été assimilés.

Il convient de réaliser cette auto-évaluation finale en une seule fois, et si possible en 15 minutes. Le sous-thème auquel se rapporte chaque question est indiqué en en-tête, à côté du numéro de la question. Toutes les réponses figurent dans la séquence correspondante, elles ne sont donc pas commentées. Sauf indication spécifique, ces questions concernent la France.

Bonne évaluation !

Discussion (Controverse 1 - Spécialisation sportiv...
Université de Strasbourg

Discussion avec M. Gilles Vieille Marchiset, M. Stéphane DufourM, me Pascale Duché, Mme Sandrine Isoard-Gautheure et M. Boris Jidovtseff