Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (20)

Discipline
  • Arts (3)
    • Arts du spectacle (2)
      • Théâtre (2)
    • Arts visuels et plastiques (1)
      • La peinture et les peintures (1)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (4)
    • Langues et cultures des régions de France (4)
      • Occitan, Provençal et Catalan (4)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (9)
    • Lettres classiques (6)
      • Grec classique (2)
      • Langue latine (3)
      • Littérature grecque classique (2)
    • Littératures française et de langue française (3)
      • Généralités (1)
      • Littérature dramatique (2)
  • Sciences de l'homme (18)
    • Psychologie (1)
      • Psychologie appliquée et comparée (1)
    • Sciences des religions (17)
      • Autres religions (9)
      • Christianisme - Théologie doctrinale (1)
      • Christianisme - Vie, culte et pratique religieuse (2)
      • Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées (17)
      • Islam, babisme et foi bahaïe (2)
      • Judaïsme (2)
      • Église chrétienne et sociétés (approches sociales et historiques) (2)
  • Sciences de la société (19)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (19)
      • Histoire de l'Afrique (3)
      • Histoire du monde ancien, jusqu'à 499 après J.C. (3)
      • Histoire générale (17)

Niveau
  • Doctorat (1)
  • Enseignement supérieur (34)
  • L1 (23)
  • L2 (20)
  • L3 (15)
  • Licence (34)
  • M1 (5)
  • M2 (4)
  • Master (11)

  • Autoévaluation (1)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (1)
  • Essentiel (type UOH) (10)
  • Etude et document (type UOH) (6)
  • Exercice (1)
  • Glossaire (2)
  • Grande Leçon (type UOH) (16)
  • Webographie, bibliographie (3)
34 résultats pour votre recherche 'Dieux'
Tri décroissant par
Des dieux poliades aux dieux des nations
Le Mans Université

On entend généralement par "divinité poliade" la divinité protectrice d'une cité antique. Cependant, pour ce qui concerne l'idée elle-même de "divinité poliade", "protectrice de la cité", il est utile de faire un petit sondage. L'appellation polias est propre à la seule Athéna, à Athènes bien sûr mais aussi en Arcadie et à Spartes, en Argolide, en Epire, en Eubée, à Théra, à Ios, à Rhodes, à Imbros, à Pergame (culte important) et dans différentes cités d'Asie Mineure et de Grande Grèce. Zeus, lui, est fréquemment qualifié de Polieus en Attique, à Rhodes, à Théra, à Cos, en Asie Mineure, en Grande Grèce, comme Sarapis l'est parfais aussi, en Égypte. On retrouve une Athéna Poliouchos ("soutien de la cité") à Spartes, et peut-être aussi à Athènes, une Aphrodite Poliouchos en Epire, un Zeus Poliouchos à Antioche. 

Anciens dieux, nouveaux cultes en Gaule romaine
Le Mans Université

Le long processus de transformations, qui conduit les provinciaux à "se sentir Romains", selon l'expression du géographe Strabon, a été jadis analysé en termes d'assimilation/ résistance(s). Aujourd'hui, le dialogue entre les traditions locales et la culture romaine, si tant est que celle-ci puisse être définie comme unitaire, est exploré de manière plus féconde, et de nouveaux concepts ont permis d'envisager les aspects multiformes du processus. Parmi ces concepts, celui de romanisation, un temps délaissé pour ceux de métissage et de créolisation, reste aujourd'hui le plus pertinent et le plus clair pour définir non pas un processus d'adoption, par les vaincus, d'un très hypothétique modèle imposé par le vainqueur, mais la synthèse complexe d'élément locaux et d'éléments romains dans sa plein dimension diachronique. 

Le temple du prince saint Echmoun. Sanctuaire puri...
Le Mans Université

La Phénicie est formée de plusieurs cités-états et sa religion officielle est liée à la cité. Chaque cité cherchant une autonomie propre crée son dieu ou ses dieux et ses déesses auxquels elle consacre un culte. À la tête de chaque panthéon règne une divinité. Celle-ci est maîtresse du lieu et protectrice de la cité, notamment de la figure royale. Elle est généralement associée à une autre divinité formant ainsi un couple divin. Seul El (El signifie premier), est le dieu créateur de la terre, donc par le fait même père des dieux et des hommes ; il est un dieu commun à tous les habitants de la Phénicie. 

Les lieux de culte du nord et du sud de la Gaule à...
Le Mans Université

Que faut-il entendre par nord et sud de la Gaule ? En 2003, la revue Gallia présente un numéro consacré aux "Cultes et sanctuaires en France à l'Âge du Fer". Dans l'introduction, P. Arcelin et J-L. Brunaux rappellent que le découpage opéré, à savoir la France divisé en 5 zones, correspond à la dynamique actuelle de la recherche française pour l'Âge du Fer. C'est dans le nord de la France qu'a eu lieu au cours des années 1970 et 1980, la découverte des premiers grands sanctuaires qui a bouleversé la vision que les historiens et archéologues avaient de la religion des Gaulois et c'est dans le sud de la Gaule qu'ont été découvertes au XIXe siècle des statues et des éléments de protiques qui ont permis de mieux connaître les diverses pratiques religieuses de ces peuples. 

Pouvoir et religion dans l'univers phénico-punique
Le Mans Université

L'univers phénicien s'étend de la Méditerranée orientale jusqu'aux atlantiques, des cèdres du Liban actuel jusqu'à l'embouchure du fleuve Loukkos devant le site de Lixus situé dans le Nord du Maroc contemporains. Il est impossible de dresser une carte complète de la Phénicie, puisque les limites du territoire ont largement varié au cours des siècles. Naviguant dans le monde, fondant des établissements à cheval sur la terre et la mer, les Phéniciens transmettent pacifiquement leurs connaissances, leurs exploits, et leurs inventions. Quelle est la nature de l'organisation politique et sociale qui caractérise ainsi le monde phénico-punique ? Quels sont les moyens les plus efficaces qui consolident le pouvoir et la puissance phénico-punique ? Et enfin, quels sont les aspects les plus marquants qui conditionnent l'univers phénico-punique sur les plans religieux et culturels ? 

Honorer les dieux
Le Mans Université

Durant l’Antiquité, la Méditerranée et ses rives sont un espace particulièrement dynamique pour les déplacements humains, les échanges commerciaux et culturels, les conflits militaires et politiques. Les cultes sont inscrits dans cette équation. Le plus souvent, ils ne sont pas au cœur des enjeux de pouvoir, mais ils ne sont pas non plus absents. Les traces laissées par l’archéologie ou les sources écrites révèlent de multiples formes de création, d’adaptation et de récupération de références ou de pratiques religieuses. Loin de toute perspective téléologique, les chercheurs du réseau HEMED ont cherché à penser ce moment particulier de l’histoire religieuse à partir de trois thématiques : espaces du sacré ; mutations religieuses ; articulation entre religions et pouvoirs. 

Les cultes dans l'Afrique du Nord antique
Le Mans Université

A la fin de la préhistoire, des populations s'installent dans la partie nord du continent africain. La diversité des groupes contribue à l'apparition de plusieurs divinités majeures. Plus tard, les influences phénicienne, grecque et romaine sont à l'origine de la mutation des dieux africains et de leurs rites jusqu'à la fin de l'Antiquité. Des études récentes portant sur l'histoire de la religion nord-africaine ont mis en évidence la pluralité des dieux antiques honorés dans cette région, qualifiée de Libye par les auteurs grecs, ainsi que l'évolution permanente des cultes et des rites pratiques par les habitants. 

La « fin » de la religion pharaonique
Le Mans Université

L'idée que la religion de l'Égypte ancienne puisse d'effondrer s'exprime, de manière très littéraire, dans un texte célèbre, mais dont il est délicat d'évaluer la relation exacte qu'il pourrait entretenir avec des événements historiques réels. Il s'agit d'un passage de l'Asklepios, un texte apocalyptique appartenant au corpus hermétique. Cette lamentation développe le thème de la fuite des dieux, quittant leur pays, abandonnant l'Égypte ; elle évoque aussi prophétiquement un changement culturel - des étrangers vont venir en Égypte, une population qui sera dépourvue de l'observance de la religio qui était celle des anciens habitants - conduisant à l'abolition de l'ancienne piété et à l'oubli des cultes. L'Égypte "désertée" par les dieux, l'abandon des cultes, de la perte et de l'oubli, c'est la mort d'une culture en quelque sorte. 

Eau et sacré dans le Maghreb antique (époque romai...
Le Mans Université

Durant l'Antiquité, l'eau est au centre des préoccupations religieuses des Africains du nord : pluies, sources et fleuves sont investis d'une valeur sacrée, valeur d'autant plus grande que le Maghreb antique est avant tout une région peuplée de paysans et de pasteurs pour qui la fertilité des moissons et la fécondité des troupeaux sont les plus précieux des dons divins. Le caractère sacré de ces eaux est rattaché dans leur esprit à la présence tutélaire d'une force à laquelle ils donnent le nom de génie ou de divinité. Ce qui fait que cette eau sacrée reflète un sentiment de crainte d'une réalité surnaturelle qui dépasse leurs connaissances et leurs conceptions.