Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (5)

Discipline
  • Arts (2)
    • Arts du spectacle (2)
      • Théâtre (2)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (1)
    • Portugais (1)
      • Littérature (1)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (7)
    • Lettres classiques (3)
      • Grec classique (1)
      • Langue latine (1)
      • Littérature grecque classique (2)
      • Littérature latine (1)
    • Littératures française et de langue française (4)
      • Généralités (2)
      • Littérature dramatique (2)
  • Sciences de l'homme (13)
    • Philosophie (6)
      • Morale (éthique) (6)
    • Psychologie (7)
      • Psychologie appliquée et comparée (2)
      • Psychologie sociale (5)
  • Sciences de la société (16)
    • Géographie, Aménagement (2)
      • Géographie humaine (2)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (7)
      • Histoire de l'Afrique (2)
      • Histoire de l'Europe (4)
      • Histoire générale (3)
    • Sciences de l'éducation (1)
      • Politique éducative (1)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (11)
      • Services et problèmes sociaux (6)
      • Sociologie des cultures (1)
      • Sociologie des groupes sociaux (2)
      • Sociologie des processus sociaux (2)

Niveau
  • Doctorat (2)
  • Enseignement supérieur (32)
  • Formation continue (3)
  • L1 (3)
  • L2 (2)
  • L3 (4)
  • Licence (31)
  • Master (4)

  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (18)
  • Diaporama (1)
  • Essentiel (type UOH) (2)
  • Etude et document (type UOH) (2)
  • Glossaire (2)
  • Grande Leçon (type UOH) (9)
  • Guide pédagogique (1)
  • Webographie, bibliographie (3)
32 résultats pour votre recherche 'justice'
Tri décroissant par
La justice restaurative, vers un nouveau modèle de...
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Robert Cario, professeur de sciences criminelles, directeur du master "Criminologie et droit(s) des victimes", Université de Pau, président de l'association paloise d'aide aux victimes et de médiation (APAVIM), le 12 février 2007. Toutes les aires culturelles sont concernées par la problématique de la violence, interne ou importée, externe, proche ou lointaine. Le haut niveau de développement de moyens de communication et de diffusion des informations contraint chacun à un spectacle permanent. Des séquences d'affrontement en scènes de harcèlement, ces violences permanentes et persistantes, lues, vues, vécues... se perçoivent en terme d'insécurité, que l'on occulte en les banalisant ou au contraire que l'on cherche à éradiquer en leur donnant une ampleur démonstrative jamais atteinte. Qu'elles soient organisées ou impromptues, classiques ou plus contemporaines, chacun se trouve dans l'obligation de prendre position sur leurs origines et sur les réductions dont elles font l'objet. Quand la criminologie s'invente au XIX ème siècle, elle participe d'un courant de pensées fortement marqué par de théories médicales, biologiques et sociologiques incluant la santé mentale et le désordre public dans une police et une criminalistique qui se cherchaient. Aujourd'hui avec quoi, avec qui se construit-elle et où sont les résistances à sa construction ? Pourquoi la criminologie devrait-elle devenir au XXI ème siècle, en Sciences Humaines et Sociales, un bien aussi commun que la Psychiatrie l'a été au XX ème siècle ? En d'autres termes, comment et avec quelles déterminations participons-nous à l'écriture du crime aujourd'hui ? Quelles perspectives en avons-nous, avec quelles rétrospectives? Le cours public organisé cette année va tenter de reprendre quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

Psychiatrie et justice pénale : aux origines du dé...
Université Haute Bretagne - Rennes 2

Conférence de Marc Renneville, chercheur associé au centre A. Koyré (UMR 8560), chargé de mission "Histoire", direction des enseignements/département de Droit, École Nationale d'Administration Pénitentiaire, le 15 janvier 2007. Le cours public reprend quelques questions du quotidien criminologique en se centrant tantôt sur ceux qui l'écrivent, en rendent compte, tantôt encore sur ceux qui en cherchent l'élucidation, tantôt sur ceux qui tentent d'une autre manière de conjuguer justice et équité. Psychologues, Sociologues, Juristes, Médecins, Historiens, Journalistes vont contribuer à mettre en scène ces interrogations d'hier et d'aujourd'hui. Avec un même objectif d'analyse : comment est mis en mots, et avec quels mots, ce qui paraît échapper à la raison ? Comment faire entrer dans un discours rationnel ce qui peut ne sembler qu'errements, transgressions, dans une pensée qui s'absenterait ou qui, au contraire, paraît jubiler à écrire le mal et le malaise ?

L'égalité des chances à la française
Université de Bordeaux

A travers l’exemple de l’école, le sociologue François Dubet s’attache à montrer comment il est difficile, sinon impossible, d’y appliquer le principe d’égalité des chances. Il avance quelques propositions qui pourraient permettre de compenser la brutalité de la compétition qui s’y développe, et souligne au passage que l’égalité des chances ne s’observe vraiment que dans une société fondée sur le principe de l’égalité… des positions sociales.

Discrimination et gestion de l'égalité et de la di...
Université de Lorraine

« Réduction des discriminations et milieux professionnels » est le troisième volet de cette Grande Leçon consacrée à la Discrimination et à la gestion de l’égalité et de la diversité.Ce troisième volet vous est proposé en deux parties.Après l’exposé de Richard Bourhis concernant les réponses de la psychologie sociale à la question de la réduction des préjugés et des discriminations, des entrevues menées avec des chercheurs-es et des praticiens-es de disciplines et milieux professionnels différents tentent d’apporter des solutions à la discrimination.Une première série d’entretiens aborde de façon disciplinaire les discriminations dans les milieux professionnels : le rôle de la justice organisationnelle dans les procédures de décision, en particulier le recrutement sous l’angle de la psychologie du travail (Dirk Steiner), l’importance et le rôle du droit face aux discriminations (Michel Miné) puis l’engouement des sciences de gestion pour la diversité avec Isabelle Barth puis Annie Cornet.Ces entretiens sont suivis des interventions de Jacqueline Laufer puis d’Elisabeth Ferro-Vallée sur la discrimination de genre et plus particulièrement à propos de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Chute libre ou le déclin du jugement chez Albert C...
Ecole normale supérieure

Dans son oeuvre, Camus, loin de défendre tel ou tel système de valeurs, utilise le matériau littéraire pour mettre ces différents systèmes en tension.

La « question du juste » (savoir ce qui est juste) y joue un rôle capital. Cette préoccupation se retrouve dans L'Etranger, La Peste, Les Justes et Caligula, et tout particulièrement dans La Chute, où le problème du jugement est évoqué par le monologue du personnage unique.

(résumé auteur)

La figure de l'innocent chez Camus
Ecole normale supérieure

L'étude de la question du terrorisme telle qu'elle est traitée dans Les Justes par un Camus lecteur de Dostoïevski est celle d'une oscillation permanente entre le thème de l'innocence pure et celui de l'innocence pervertie.

Le propos s'élargit dans L'Etranger, où l'on trouve simultanément un ordre menacé par la dissidence de Meursault et l'expression d'une révolte contre la totalité des valeurs sociales.

Liberté, Egalité, Fraternité
Université de Bordeaux

Héritage du siècle des Lumières et principal pivot de la rhétorique républicaine, la devise «Liberté, Egalité, Fraternité» est malmenée dans notre société : - la liberté est refrénée par la loi - le combat des plus puissants contre les plus faibles reste toujours de mise - et au regard de l'un, l'Autre n'existe pas A-t-on oublié ce qu'elle voulait dire ? Que voulons-nous en faire ? Il dépend de la volonté de chaque citoyen de s'emparer de cette devise et de trouver une solution à sa condamnation.

La version grecque - épisode 8
sillages.info

Huitième épisode du FLOT/MOOC de version grecque : Lysias, "Sur le meurtre d'Ératosthène".

Justice et management - enjeux et défis : élément ...
Université de Lorraine

Les auteurs vous proposent de rencontrer Frédéric Schoenaers (sociologue), Joël Ficet (politologue) et David Delvaux (sociologue) pour comprendre quels sont les enjeux liés à l'introduction du référentiel managérial au sein des tribunaux et parquets.

En effet, depuis les années 90, les organisations judiciaires, tout comme le reste du secteur public subit de nouvelles exigences en vue de l'amélioration de ses performances. On attend de la justice qu'elle soit plus efficace, plus efficiente, de meilleure qualité, qu'elle fasse preuve d'une meilleure écoute et qu'elle rende des comptes. Tous ces éléments sont restés relativement étrangers aux préoccupations des acteurs judiciaires puisque le paradigme de fonctionnement au sein duquel ils évoluaient n'était pas voué à ces préoccupations managériales.