Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (15)

Discipline
  • Arts (4)
    • Arts visuels et plastiques (1)
      • Dessin et arts décoratifs (1)
    • Arts-Approches transversales et méthodologie (2)
      • Approches transversales (2)
    • Musique (3)
      • Les instruments (1)
      • Théorie et histoire de la musique (3)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (12)
    • Langues et cultures des régions de France (11)
      • Occitan, Provençal et Catalan (11)
    • Polonais (1)
      • Civilisation (1)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (3)
    • Langue française (1)
      • Langage (1)
    • Langues et cultures des régions de France (1)
      • Occitan, Provençal et Catalan (1)
    • Littératures française et de langue française (2)
      • Généralités (1)
      • Poésie (2)
  • Sciences de la société (3)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (1)
      • Histoire générale (1)
    • Sciences de l'éducation (1)
      • TICe (1)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (1)
      • Sociologie des cultures (1)

Niveau
  • Doctorat (1)
  • Enseignement supérieur (20)
  • Formation continue (1)
  • Formation professionnelle (1)
  • L3 (1)
  • Licence (18)
  • M1 (1)
  • M2 (1)
  • Master (16)

  • Autres (1)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (2)
  • Essentiel (type UOH) (13)
  • Etude et document (type UOH) (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (4)
  • Guide pédagogique (2)
  • Index (1)
  • Webographie, bibliographie (4)
20 résultats pour votre recherche 'musique française'
Tri décroissant par
Autour de « Quo vadis ? » - quelques réflexions su...
Université Toulouse - Jean Jaurès

Dans le cadre de la « Semaine polonaise » 2002, consacrée au livre « Quo vadis ? » de Sienkiewicz, au cours de laquelle ont été abordées les différentes adaptations littéraires et artistiques de ce roman célèbre, une journée d'études a été spécialement destinée à la musique. Depuis le début du siècle, les compositeurs du monde entier (E. Mynarski, Szczerbakov, Nouguès, Nowowiejski) s'en sont inspirés pour créer des chants, des opéras, des ballets, des oratorios qui ont été représentés sur de nombreuses scènes internationales. Cette « exploitation » artistique de « Quo vadis ? » se poursuit encore aujourd'hui (Bernadetta Matuszczak). Le débat sur « Quo vadis ? » a été l'occasion d'introduire une réflexion sur la musique polonaise et en particulier sur les interactions entre la musique polonaise et française. A l'exclusion de Chopin qui reste toujours une autorité absolue, les autres compositeurs polonais jouissent à l'étranger d'un succès inégal. Certains s'affirment cependant pour faire partie, aujourd'hui, du patrimoine culturel européen (Szymanowski, Lutoslawski, Penderecki, Kilar). L'influence de la France, tant au plan des « écoles » (Nadia Boulanger) qu'au plan individuel (Debussy, Ravel, Ducas), reste, à côté de l'influence allemande, très déterminante dans l'évolution de la musique polonaise.

"Partie carrée" : les Fêtes galantes de Debussy
Université de Strasbourg

Dernière-née de la série L’Opus à l’œil, cette ressource sur les Fêtes galantes aborde à nouveau une œuvre « multiple », où le couple Debussy-Verlaine croise le couple Couperin-Watteau dans une "Partie quarrée" associant deux époques (le XVIIIe siècle de la Régence et le tournant du XXe siècle) et trois arts (musique, poésie et peinture).

Elle requiert de ce fait une même approche pluridisciplinaire, ainsi qu’un même  traitement multimédia, susceptible de  satisfaire l’œil autant que l’oreille, et le cerveau des émotions artistiques autant que celui de l’intelligence cognitive…

Entretien Pierre Boulez - Claude Lefebvre
Université de Lorraine

Entretien filmé où sont évoquées les années de formation et les formateurs (Messiaen, Madame Honegger, Leibowitz) mais aussi, au travers des années 1945-46, les ½uvres de jeunesse, la rencontre, par les Lettres Françaises, avec la poésie de René Char et plus particulièrement avec le Visage Nuptial, et comment ce dernier devint, plusieurs fois mais lentement remanié, une ½uvre capitale pour Pierre Boulez.

Anthropologie de l'organologie (Cours-conférences ...
Université Côte d'Azur

L’organologie est abordée ici sous l’angle matériel (morphologie, facture, techniques de jeu) mais aussi culturel (contexte social, historique de l’instrument, rôle réel ou symbolique qui lui est dévolu en fonction des mythes fondateurs, des croyances, de l’organisation du pouvoir spirituel ou temporel et du cycle de la vie collective ou privée). Ces deux approches que Geneviève Dournon qualifie respectivement de classificatoire et d’analytique sont considérées ici de façon complémentaire.

Au-delà de l’étude des symboliques sociale, politique, religieuse, magique, sexuelle des instruments de musique, cette leçon traite de la question du « détournement » sonore et musical de l’instrument, notamment à travers l’imitation, mais aussi du « détournement » de l’objet (agraire, ustensile, etc.) et de son usage vers un objet producteur de son.

Enfin, c’est toute la dimension historique de l’organologie qui est évoquée (l’instrument de musique est un marqueur historique), d’une part à travers les grandes théories historiques évolutionnistes et diffusionnistes de la « musicologie comparée », mais aussi à travers un certain nombre de disciplines connexes au service de la recherche en organologie comme la philologie, l’iconographie, l’archéologie musicales.

Les livres voyagent (Lyon, une capitale du livre à...
Ecole normale supérieure de Lyon

En suivant l'itinéraire des objets-livres produits à Lyon, expédiés en France, en Europe et ailleurs, on découvre la diversité des usages auxquels ces livres étaient destinés. Les imprimeurs élaborent des formes nouvelles pour conquérir des publics toujours plus diversifiés (livres de musique, livres pratiques...).Les images insérées dans ces livres servent ensuite de modèles dans tous les domaines des arts décoratifs (majoliques, émaux, tapisseries, mobilier, décors muraux...). Les exemplaires eux-mêmes, si on les regarde en détail, révèlent de nombreuses traces de ces usages, qui ont souvent dépassé ce que les fabricants des livres pouvaient eux-mêmes imaginer.

Connaissances du paysage chez Edouard Glissant et ...
sillages.info

L'appréhension du paysage par l'écrivain algérien Mohammed Dib et par l'auteur antillais Edouard Glissant présentent des axes de convergence qui sont ici étudiés en mettant en valeur la connaissance primordiale, la connaissance historique et la connaissance relationnelle.

Roland Pécout, un écrivain voyageur
Université Paul-Valéry - Montpellier 3

L'oeuvre de Roland Pécout (né en Provence en 1949) s'inscrit dans la renaissance de l'écriture occitane de la fin du XXe siècle.

Cette oeuvre abondante et multiforme dont on trouvera dans ce cours les références bibliographiques complètes, affirme le lien unitaire entre le passé (les racines) et le présent en devenir, entre le territoire (des origines) et le monde. Elle révèle aussi, conjointement, une connaissance intime de la culture occitane orale (contes, proverbes, énigmes...) et de la culture écrite (comme les grands écrivains d'oc que sont Frédéric Mistral, Max Rouquette ou Jean Boudou). Mais elle est aussi nourrie d'une solide culture universelle, notamment des grands mythes antiques dont la figure d'Ulysse est une des principales. Parmi les motifs qui la parcourent, le voyage et l'art (à travers la figure de Van Gogh notamment).

La participation de l'écrivain (entretiens vidéo, dont certains sur les sites qui ont inspiré ses oeuvres et enregistrement des textes) est une des originalités de ce cours.

Tristan Tzara, d'une avant-garde à l'autre
Université de Rouen

Ce cours est une introduction au mouvement "Dada" et à Tristan Tzara.

Il se découpe en plusieurs parties : 

- La révolte Dada ;

- Du Dada au surréalisme ;

- Tzara et les néo-avant-gardes.

Amériques (Roland Pecout, un écrivain voyageur)
Université Paul-Valéry - Montpellier 3

Parmi les nombreux itinéraires de Pécout, qui sont tous sources d’écriture, se trouvent les Amériques.

Amérique du vagabondage et de son expression littéraire revisitée par les écrivains de la Beat Generation que le jeune Pécout découvrit à travers l’œuvre de Kerouac ou de Ginsberg, Amérique du reggae, mais aussi Amérique des mythes amérindiens.

Ceux-ci passionnent Pécout comme le passionnent toutes les mythologies, formes d’expression poétique de la culture des peuples, qui révèlent la diversité constitutive de l’Humanité.