Estampillage UOH
  • Estampillage UOH (41)

Discipline
  • Arts (2)
    • Arts-Approches transversales et méthodologie (2)
      • Approches transversales (2)
  • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (4)
    • Anglais (3)
      • Langue (3)
    • Langues africaines (1)
      • Civilisation (1)
  • Lettres classiques, Langues et Littératures françaises et de France (3)
    • Lettres-Approches transversales et méthodologie (1)
      • Approches transversales (1)
    • Littératures française et de langue française (2)
      • Généralités (2)
      • Poésie (1)
  • Sciences de l'homme (49)
    • Homme-Approches transversales et méthodologie (2)
      • Approches transversales (1)
      • Méthodologie (1)
    • Philosophie (46)
      • Les divers systèmes et écoles philosophiques modernes (20)
      • Morale (éthique) (6)
      • Philosophie politique (13)
      • Philosophies occidentales de l'Antiquité et du Moyen-Age (6)
      • Épistémologie, causalité, genre humain (6)
    • Sciences des religions (5)
      • Histoire et théorie de la religion - concepts transversaux - analyses comparées (4)
      • Islam, babisme et foi bahaïe (1)
  • Sciences de la société (17)
    • Histoire, Histoire de l'Art, Archéologie (5)
      • Histoire de l'Europe (2)
      • Histoire du monde ancien, jusqu'à 499 après J.C. (1)
      • Histoire générale (2)
    • Sciences de l'éducation (8)
      • Enseignement pour adultes (Éducation permanente et continue) (5)
      • Philosophie et théorie de l'éducation (8)
      • Pédagogie et Didactique (3)
    • Sociologie, Démographie, Anthropologie (4)
      • Sociologie des processus sociaux (2)
      • Théories sociologiques, ethnologiques, anthropologiques et méthodologie (2)

Niveau
  • Doctorat (4)
  • Enseignement supérieur (67)
  • L1 (4)
  • L2 (9)
  • L3 (18)
  • Licence (48)
  • M1 (11)
  • M2 (4)
  • Master (34)

  • Autoévaluation (3)
  • Conférence, table ronde et entretien (type UOH) (17)
  • Essentiel (type UOH) (20)
  • Etude de cas (1)
  • Etude et document (type UOH) (2)
  • Exercice (4)
  • Glossaire (1)
  • Grande Leçon (type UOH) (28)
  • Guide pédagogique (1)
  • Webographie, bibliographie (7)
67 résultats pour votre recherche 'philosophie des sciences'
Tri décroissant par

Questions clés en philosophie des sciences

Université de Lorraine

Cette collection aborde la thématique de la philisophie des sciences et de sa place dans la démarche scientifique.

Elle se compose en 12 parties :

- La démarcation : Alors, scientifique ou pas ?

- La causalité

- Mathématiques et réalités

- Changements de paradigme

- Introduction à la logique

- L'âme, l'esprit et la matière

- Le principe de précaution

- Le relativisme

- Les expériences de pensée

- Expliquer ou comprendre

- La connaissance

- Machines et pensée

Le développement des sciences et de leurs applications appelle une démarche réflexive qui est fondamentale dans toute formation universitaire. L'initiative proposée ici consiste à donner à des étudiants une première approche philosophique portant sur des sujets classiques et très généraux, et à leur donner l'idée, voire le goût d'une pensée de type épistémologique, applicable à leur discipline, et plus généralement à toute entreprise d'ordre scientifique.

Le choix des sujets traités vise à couvrir un éventail large de problématiques disciplinaires (en sciences de la nature et sciences humaines) et transdisciplinaires (dans l'examen de notions comme la démarcation, la causalité, etc.). On illustrera ainsi une réflexion philosophique conçue non pas comme « sui generis », mais liée à des pratiques et des théories existantes.

Histoire de la philosophie

Ecole normale supérieure de Lyon

Les essentiels : La philo par les mots - Histoire de la philosophie

Enjeux éthiques et anthropologiques des cellules ...

Université Grenoble Alpes

Conférence donnée par Anne Fagot-Largeault, Professeure au Collège de France le 15 mai 2006 à l'Université Pierre-Mendès-France, Grenoble2. Durée : 1h.44min.

Autour des méthodes quantitatives, numériques et...

Université de Lorraine

Dans ce chapitre, sept points sont abordés :

- Première approche ;

- Les pièges ;

- Un article programmatique en histoire des mathématiques ;

- Choisir de constituer une base de données ;

- Étude de cas n°1 : l'exemple du Répertoire bibliographique des sciences mathématiques

- Étude de cas n°2 : la base de données des auteurs des Nouvelles Annales de Mathématiques ;

- Étude de cas n°3 : l'exemple de la philosophie des sciences entre 1870 et 1930.

Entretien avec Jacqueline Lagrée - Série thémat...

Ecole normale supérieure de Lyon

Spinoza et le débat religieux : Après avoir rappelé comment, à partir de l'étude de la religion naturelle au 17ème siècle, elle en est venue à la philosophie de Spinoza, Jacqueline Lagrée livre dans cet entretien sa méthode de lecture de la philosophie spinoziste et revient sur les principaux thèmes développés dans son ouvrage, principalement autour de la position religieuse personnelle du philosophe. Entretien par Gérard Wormser

L'islam au regard de chercheurs musulmans en scien...

Université du Maine, Le Mans-Laval

Depuis le début du XXe siècle, des chercheurs de confession musulmane ont choisi d'étudier la religion musulmane comme une pratique sociale liée à des éléments de culture et de civilisation dans des contextes particuliers, avec les outils des sciences humaines et sociales. Ce fut d'abord le cas en histoire, par exemple, puis dans d'autres disciplines comme la philosophie, la linguistique ou l'anthropologie. Ces intellectuels ont cherché à élaborer des concepts communs à divers champs et des théories scientifiques permettant de trouver de nouvelles réponses aux questions posées par les approches traditionnelles. Cette démarche, qui marque une inflexion épistémologique majeure, a visé à s'éloigner de toute influence mythique ou religieuse dans le cadre du travail académique. Ce changement épistémologique s'est effectué dans un mouvement de relations et de tensions entre ceux qui s'expriment en dehors des institutions religieuses et ceux qui cherchent à renouveler la compréhension de la société à travers la pensée religieuse. Il s'agit donc d'un processus complexe, avec de fortes oppositions. Les enjeux sont importants dans la mesure où les méthodes d'acquisition des connaissances mettent en jeu des valeurs et que leur mise à distance dans un cadre scientifique à des fins d'étude, peut apparaître comme une relativisation.

Les ulémas, disposant de connaissances religieuses élaborées au sein de disciplines fixées il y a plus d'un millénaire, ont œuvré dans le but d'apporter des réponses sûres et précises aux questions posées par l'homme, sur lui-même et sur sa vie. C'est ce savoir, fondé sur un corpus considérable, qui a été partiellement mis en question. Les chercheurs en sciences humaines et sociales n'ont, en effet, pas les mêmes prémices lorsqu'ils abordent le thème de la religion, et ils n'utilisent pas non plus les mêmes méthodes d'interprétation et d'explication du livre sacré des musulmans. Comme en milieu juif ou chrétien, cette rencontre entre deux approches fondées sur des épistémologies différentes a suscité et continue encore à susciter des débats. Deux exemples seront donnés des nouvelles lectures du patrimoine islamique. La première se présente comme une démarche interne, celle d'un point de vue « islamique humaniste », elle a été revendiquée par Mohammed Abed El Jabiri et par Mohammed Arkoun. La seconde est davantage externe, analytique, elle a une dimension culturelle, herméneutique et politique et a été proposée par Nasr Hamid Abou Zayd.

Conférenciers (Les philosophes et la bible, 2/4)

Ecole normale supérieure de Lyon

Des enseignants et chercheurs spécialistes des différents philosophes de la série présentent ici l’usage que chacun d’eux fait de la Bible – qu’il s’en serve comme simple réservoir d’exemples historiques, comme source de réflexion anthropologique, comme véritable instrument d’édification ou comme moyen de limiter la puissance du pouvoir religieux au profit de la liberté de conscience.

Philosophie et Vie Quotidienne

Université de Bordeaux

Eminent philosophe et auteur du Tractatus logico-philosophicus (1921), Ludwig Wittgenstein joue un rôle considérable dans le développement et la diffusion de « la philosophie du langage ordinaire », un courant de la philosophie analytique. Prenant le contrepoint de la philosophie « traditionnelle » qui développe des grandes théories sur le monde, Wittgenstein trouve dans la philosophie un principe apte à aider l'homme à clarifier ses propres pensées. Il ramène la philosophie à une pensée du quotidien et du langage ordinaire car c'est par le langage que l'homme peut comprendre l'ordinaire. La question fondamentale de la philosophie se déplace ainsi, avec l'avènement de « la philosophie de l'ordinaire » d'une recherche transcendantale à un fondement strictement pragmatique. Le philosophe américain Stanley Cavell se réapproprie quelques années plus tard les fondements de cette philosophie de l'ordinaire et en réinterprète les principes dans son ouvrage The Claim of Reason (1979). Spécialiste de Cavell et de la « philosophie de l'ordinaire », Sandra Laugier nous explique le développement de cette pensée outre-Atlantique.

Entretien avec Charles Ramond - Série thématique...

Ecole normale supérieure de Lyon

Comment et pourquoi devient-on spinoziste ? Le travail de traduction comme entreprise collective d'une grande ambition scientifique. L'influence des interprétations d'Alexandre Matron et de Martial Guéroult. La question de l'obéissance dans le Traité politique et le Traité théologico-politique. Obéissance et consentement. Obéissance et démocratie. La durée comme critère de valeur du régime démocratique. "Toute existence est alliance". Paix et démocratie. La liberté de pensée. Entretien par Gérard Wormser